Titre: Harry Potter et les Fées

Auteur: Artemis Luna Diana (pour ce qui est en gras), et moi pour le reste.

Traductrice: satine01black pour ce qui est en gras, et pas d'autre

Rating: R

Pairing: Harry/Sev

Base: les 4 premiers tomes (Sirius est en vie!!! Hip, hip hip hourraaaaaaaaa!!! J J J bref passons!)

Avertissement: ceci est un slash alors bye bye les homophobes!!!!!

Pour ceux qui lisent mes autres fics pas la peine de leur rappeler que le français et moi ,ça fait deux!!!!

Remarques: Artemis Luna Diana a écrit des extraits de fics possibles qu'elle ne compte, apparemment, pas continuer. En voici une que j'ai repris et que j'ai continué.

Remarque de l'auteur : C'est une fic avec un Harry-pas-tout-à-fait-humain-ce-pourquoi-il-a-une-fic-pour-lui-tout-seul. Pas besoin de dire pourquoi je m'en suis lacée. Je ne la sentais pas. ~ Artemis Luna Diana ~

 

Chapitre 1

Un mois était passé depuis le début de vacances d'été … et Harry était fou.

Sa famille était terrifié par lui, et donc le laissait tranquille.

Il avait peur d'être responsable de la mort d'autres élèves. Il se méprisait à dire cela, mais c'était vrai. Cédric serait resté en vie s'il n'avait été avec lui. Voldemort serait resté à errer un peu partout si ce qu'il lui fallait ne serait … n'aurait été à lui. Son sang.

"- Mon sang, chuchota-t-il se balançant d'avant en arrière. Mon sang."

Il pouvait le sentir dans ses veines, entendre le battement de son cœur.

"- Mon sang. Ma faute."

Dumbledore l'avait renvoyé chez les Dursley pour son propre bien. Il n'était pas autorisé de rendre visite à son meilleur ami, Ron. Il n'était pas autorisé de lui envoyé des hiboux non plus. A Hermione non plus. A personne. Il ne pouvait écrire à son parrain, Sirius black car il avait eut une mission pour Dumbledore. Il était seul. Tout seul.

 

"- Mon sang, murmura-t-il. Ma faute."

Il pouvait sentir son sang, le voir. Il était en lui, sur lui. Il se noyait dedans. Il le recouvrait et le plancher autour de lui.

"- Mon sang," murmura-t-il dessinant des petites silhouettes dans son sang qui continuait à couler son poignet sur le sol.

"- Ma faute."

~~~*~~~

"- Majesté!"

une femme magnifique rentra en courant dans la salle.

La Reine, une femme grande aux cheveux noirs qui lui tombaient sur les épaules, se leva.

"- Qu'est ce qui se passe?" demanda-t-elle calmement.

"- Ma Reine, souffla la femme. Quelqu'un meurs!"

la Reine serra fermement ses mains, mais avant qu'elle ne puisse parler la femme continua.

"- Mais cela n'est pas possible, car il est déjà mort!"

"- Quoi?" demanda la Reine.

"- C'est Harry Potter, Majesté!"

"- Où?" coupa la Reine.

La femme lui tendit un parchemin. La Reine y jeta un coup d'œil et disparut avec un léger bruit.

~~~*~~~

quand la Reine réapparut, elle vit le garçon, plutôt le jeune homme, assis dans une flaque de son sang. Il se balançait d'avant en arrière, fredonnait quelque chose et parfois chuchotait. Le couteau était posé à côté de sa main droite laquelle dessinait quelque chose dans le sang. Le sang coulait encore de la plaie béate sur son poignet gauche.

Elle eut un halètement et se jeta à côté de lui. Elle prit son poignée et éloigna le couteau. Il la regarda.

"- Vous ne devriez pas être ici," dit-il doucement.

"- Pourquoi pas?" demanda-t-elle d'une voix aussi légère que lui.

"- Tous ceux qui étaient avec moi ont été blessés. Vous devriez y aller avant qu'il ne reviennes. Je ne serais pas capable de vous protéger … oh, vous avez sali votre robe."

Le garçon la regarda dans le yeux.

"- Si Hermione aurait été présente elle vous l'aurais nettoyé d'un coup de baguette."

Il baissa les yeux.

"- Mais elle doit être le plus loin possible de moi."

La Reine jeta un coup d'œil sur ses habits. Ses robes bleu et blanches avaient maintenant une teinte rouge sang. Elle le regarda horrifiée. Elle ne pouvait comprendre ce qui c'est passé.

"- Es tu Harry Potter?"

le garçon eut un sanglot.

"- C'est moi, le Garçon-qui-a-survecu."

Elle le prit dans ses bras, le serrant contre lui tandis qu'il pleurait.

'comment cela est possible? Il était mort avec ses parents… nous avons senti sa mort… n'est ce pas?'

Elle suivit son balancement d'avant en arrière, chuchotant doucement. Ses bras lui passaient sur le dos, essayant de calmer l'enfant brisé.

'Je ne peux croire qu'il est encore en vie, il y a tellement de sang…'

ils disparurent avec un pop, laissant derrière eux la flaque de sang et le couteau comme seuls indices de ce qui s'y était passé.

~~~*~~~

la Reine apparut avec Harry Potter endormi dans ses bras, tous deux couverts de sang. C'était effroyable. Jamais depuis 14 ans on n'a vu la Reine si bouleversée; elle ne laissait pas le chevet de Harry. Il restait inconscient et ils ne s'attendait pas le contraire, même si déjà trois jours avaient passé depuis qu'il n'ait essayé de se suicider.

La Reine envoya deux de ses espions chez les Dursley pour trouver ce qui s'était passé. Quand ils furent de retour, ils n'apportèrent que plus de questions. Elle envoya son meilleur agent à Hogwarts, espérant que ses questions y trouverons des réponses. rien. La Reine méprisait les sorciers, et surtout maintenant qu'ils avaient laisser se produire une telle tragédie.

~~~*~~~

"- Est-ce qu'il y a une trace de lui?" soupira Dumbledore.

"- Non. Nous avons cependant compris qu'il a utilisé le couteau sur lui," répondit Severus Snape doucement.

Dumbledore fronça les sourcils sous le choc.

"- Pourquoi se serait-il …"

"- D'après son cousin, il était fou."

Snape fit une pause.

"- Je pense qu'il avait raison. Isoler Potter était la dernière chose à faire."

"- Il y a quelques chose d'autre?"

Snape hocha la tête, à contre cœur.

"- Il y a des traces de la magie des feys."

"- Maudites feys!"

c'était la première parole de McGonagall depuis le début de la réunion.

"- Elles étaient là la nuit de mort de Lily et James. Partisans de Voldemort! Créatures démoniaques!"

"- Calmez vous Minerva," dit Dumbledore tranquillement.

Il se tourna vers Snape de nouveau.

"- cela explique la disparitions du corps."

"- elles ont pris Lily et James aussi," reconnut Snape.

"- Elles ont sans doute amené Harry à faire cela," dit hargneusement McGonagall, sa voix tremblant à cause de la pression et des larmes.

"- C'est possible," reconnut à son tour Dumbledore.

"- si les feys ont fait quelque chose, elles ne l'ont pas fait d'après les ordres de Voldemort, les coupa Snape. Malgré ce que tout le monde pense, Voldemort hais les feys comme tout sorcier. Je ne pense pas même pas qu'il a essayé de les faire rejoindre sa cause."

"- Tout cela n'a pas d'importance, dit Dumbledore doucement. Nous avons un fait accompli: Harry Potter est mort."

~~~*~~~

"- Bonjour l'endormi."

Harry ouvrit les yeux très lentement.

"- Où suis-je?"

"- Chez moi … chez toi, Harry."

"- Qui êtes-vous?"

"- Je m'appelles Lorna."

"- Comment suis je arrivé là?"

"- Te rappelles tu ce qui s'est passé?"

Harry essaya de se concentrer… et se rappela. Il s'assit brusquement sur le lit.

"- Suis-je mort?" demanda-t-il.

N'attendant pas de réponse, il regarda son poignet gauche. Une cicatrise à peine visible se voyait là. Il leva son regard vers elle, confus.

"- Est-ce que je l'ai vraiment fait?" demanda-t-il d'un souffle choqué.

La femme le regardait avec chagrin.

"- je suis tellement désolée, Harry. Nous ne savions pas que tu étais en vie. Nous ne t'aurions jamais laissé dans ce monde sinon. Heureusement je t'ai retrouvé à temps."

Ses larmes tombèrent sur ses mais jointes.

"- Il y avait tellement de sang que j'était sure que nous t'avons perdu. Tu es resté dans le coma réparateur pendant trois semaines. Oh, Harry, je suis désolée," sanglota-t-elle pour la première fois depuis qu'elle l'a vu assis dans son propre sang.

Confus, Harry réconforta la femme en pleurs jusque ce qu'elle se calme. Elle eut un léger sourire une fois libéré de son étreinte.

"- Je suis désolée de pleurer ainsi devins toi, Harry. Je suis sure que ce n'est pas à quoi tu t'attendais."

Harry était perdu. Il ne savait toujours pas où il était ni qui la femme devant lui était, pas vraiment rien, mais une nom et une vague idée de l'endroit qui ne lui disait rien.

"- Je suis désolé, mais je ne sais toujours pas qui vous êtes."

"- Je m'appelles Lorna, répéta-t-elle. Je suis la Reine des feys … et sa grande tante."

"- Quoi?" fit Harry dans un soupir surpris.

"- Ton père était un demi feys; tu est une feys à un quart," dit-elle doucement.

"- Fée?" chuchota Harry.

Elle sourit gentiment.

"- non, pas fée mais fey."

Son sourire se transforma en rire.

"- Ce n'était pas mon accent. Une fée et une fey sont des choses tout à fait différentes."

"- Pourquoi je ne savais pas?"

son sourire se fana.

"- Car les deux seules personnes au courant, tes parents, sont morts. Je t'aurais pris avec moi, si j'aurais su que tu était vivant.. nous avons trouvé les corps de tes parents et les avons transporté ici pour leur repos éternel, mais nous pensions que ton corps avait brûlé dans le feu. Nous avons cru t'avoir senti mourir. Nous ne savions pas."

Harry resta silencieux un moment, avant de parler.

"- Pourquoi personne d'autre n'est au courant?"

"- Harry, est ce que tu as déjà entendu quelqu'un parler des feys?" demanda-t-elle à la place de répondre directement.

"- Non," répondit Harry confus.

"- Nous ne sommes pas les bienvenus dans le monde de magie."

"- Pourquoi?"

"- Ils croient que nous sommes démoniaques, grogna Lorna. Ils ont peur de ce qu'ils ne comprennent pas. Ce que j'ai compris d'après ce que m'ont dit mes espions, ils croient que nous sommes avec Voldemort! Des humains stupides!"

Lorna sourit légèrement, gênée de son éclat.

"- Tu peux voir que les sentiments sont réciproques."

"- Comment ne pouviez vous pas savoir que j'étais en vie?"

"- Il n'y a pas de contact entre les mondes de magie et des feys, Harry. Ils ne savent ce qui se passe ici, et nous ne savons pas ce qui se passe là-bas."

"- Mais vous disiez avoir des espions là-bas," fit remarquer Harry.

"- Seulement utilisés quand nous sentons les perturbations de magie, ou, dans ton cas, la mort d'un fey."

Lorna fit une pause.

"- Quand tes parents sont mort, et que nous pensions que tu l'était aussi, j'ai ordonné à mon peuple de ne plus aller dans le monde des sorciers. Nous ne voulions plus se voir tuer par des sorciers."

Harry ne répondit pas. Lorna se leva.

"- Il faut que tu te reposes, Harry. C'est beaucoup pour une fois."

"- Attendez! Une dernière question. Si les sorciers et les feys se détestent, comment…"

Lorna eut un sourire.

"- Jacob Potter était amoureux, et amour ne connais pas de limites. Dors maintenant."

Harry plongea dans un sommeil réparateur. Le premier depuis des années.

~~~*~~~

 

 

à suivre