Titre: Harry Potter et les Fées

Auteur: satine01black

Rating: R

Pairing: Harry/Sev

Base: les 4 premiers tomes (Sirius est en vie!!! Hip, hip hip hourraaaaaaaaa!!! J J J bref passons!)

Avertissement: ceci est un slash alors bye bye les homophobes!!!!!

Pour ceux qui lisent mes autres fics pas la peine de leur rappeler que le français et moi ,ça fait deux!!!!

Remarques: Artemis Luna Diana a écrit des extraits de fics possibles qu'elle ne compte, apparemment, pas continuer. En voici une que j'ai repris et que j'ai continué.

 

Chapitre 5.

Harry se réveilla avec un mal de tête monstre. Il savait que ce n'était pas encore le matin. Il évita de montrer qu'il était réveillé quand il entendit quelqu'un parler. Il reconnut les voix de Dumbledore, son parrain et de Remus. Et Snape aussi était réveillé. Il le sentit. Il sut aussitôt que lui aussi écoutait sans se faire remarquer.

"- ... les mangemorts ont rapporté sans doute l'information à Voldemort! Je ne peux le laisser ici seul!"

la voix de son parrain était inquiète, très inquiète.

"- il est à l'abris ici et tu le sais Sirius."

Celle de Remus lui semblait moins. Peut être parce qu'il se voulait rassurant envers son ami.

"- ce qui m'étonne est que vous ne sembliez pas plus surpris que cela du fait que Harry soit fey."

Dumbledore savait appuyer là où il fallait et au moment où il fallait.

"- James me l'a dit," soupira Sirius sans rien rajouter d'autre.

"- ne t'inquiète pas Sirius, fit Remus tentant d'apaiser son ami. Il s'en sortira. Il est fort. Tu as vu ce qu'ils ont laisser avant de se fatiguer."

Sirius grogna.

"- je suis obligé de reconnaître que Snape rite du respect."

Sa voix était amère, mais il savait qu'il avait raison.

"- S'il n'aurait pas été là, Harry aurait eu de mal."

Dumbledore soupira. Il semblait triste.

"- J'espère qu'il se remettra vite. Le sort qui le frappa était efficace, mais sa puissance fut atténué par quelque chose. Un bouclier sans doute."

Harry voulait entendre la suite de la conversation, mais la fatigue emporta et il se rendormit.

~~~*~~~

Le lendemain de l'incident , Harry se réveilla seul dans la pièce blanche de l'infirmerie. il vit aussitôt que Snape n'était plus là, et qu'il était l'heure de petit déjeuner.

Au moment où il se levait Mme Pomfresh arriva. Elle ne fit aucun commentaire, et , aussi surprenant que cela puisse paraître, le laissa partir après l'avoir examiné. Et tout cela en silence.

Il décida que rien ne lui interdisait d'aller à la grande salle.

A sa grande surprise ses amis n'ont pas remarqué son absence, mais certains élèves semblaient savoir que quelque chose s'était passé pendant la nuit. Son implication n'étant pas découverte, Harry s'assit commença à manger sous le regard scrutateur du directeur.

 

Quelques instants plus tard, le courrier arriva et ceux qui avaient l'abonnement à la Gazette ne purent retenir des exclamations.

DES MANGEMORTS ARRETES LA NUIT DERNIERE.

La nuit dernière avait été fructueuse pour les aurors. Une douzaine de mangemorts ont été arrêtés non loin de Pré-au-Lard. Nous ne pouvons encore vous donner des détails de leurs arrestation, mais une source sure nous rapporte que Albus Dumbledore et ses enseignants avaient aidé beaucoup dans cette affaire. Le directeur de la célèbre école a refusé de répondre à nos questions. Mais une autre source avait laissé échapper que les feys serons mêlés dans cette affaire. Nous espérons pouvoir en découvrir davantage sur cette menace et demandons tous ceux qui savent quelque chose nous contacter.

A peine lecture terminée que tout le monde fut stupéfait voir un hibou voler vers le directeur avec une enveloppe rouge écarlate.

"- une Beuglante!" chuchota Hermione à mi voix.

"- Qui la lui envoi?" fit Ron curieux.

Harry avait une petite idée de réponse. Il leva les yeux au ciel et fit un mouvement de tête exaspéré.

"- Nous allons le savoir, dit Neville. Regardez, elle prête à exploser."

Il venait de finir la phrase que l'enveloppe explosa et une voix puissante et féminine se fit entendre. En fait personne presque ne comprit qui l'avait envoyé, pas plus que le contenu.

"- COMMENT OSEZ VOUS, ALBUS DUMBLEDORE!!! JE LUI AUTORISE A REVENIR POUR CETTE ANNEE, ET VOUS? VOUS VOUS DEBROUILLEZ POUR LE METTRE DANS UNE SITUATION DIFFICILE. VOUS ETES ENCORE CHANCEUX QUE MON HERITIER N'EST PAS BLESSE. A LA PROCHAINE ERREUR JE LE REPRENT AU PAYS."

Le regard de Dumbledore rencontra celui de Harry, et ce dernier fit un mouvement pour lui faire comprendre que ce n'était pas lui qui avait informé sa tante.

Il eut un silence dans la salle . la lettre ne s'était pas détruite, pour cause: se n'était pas terminé. Tous ceux qui attendait d'autres cris, furent déçu. La voix continua plus calmement, mais tout aussi menaçante.

"- Je serais à Hogwarts demain à l'heure du déjeuner. Je veux avoir une conversation tête à tête avec vous. Bonsoir, Dumbledore."

Cette fois si, s'en était bien fini. La lettre disparut avec des bruits de déchirure. Le directeur donna l'ordre de continuer à manger, mais ses yeux ne quittaient pas ceux de Harry, qui comprit enfin: Dumbledore voulait le voir après manger pour poser des questions. Quelle poisse.

Harry se leva et sortit de la salle, ses amis trop occupés par la lettre pour le remarquer. Il se dirigea finalement vers le bureau du directeur, il valait mieux en finir maintenant.

Il fut rejoint par Dumbledore au détour du couloir qui menait au bureau de ce dernier. Ils firent le trajet en silence. Harry n'attendit pas que le directeur lui pose les questions avant de lui raconter ce qui lui est arrivé lors les dernières années.

"- Maintenant que Voldemort sait ce que tu es, je crois que ta tante ne semble pas vouloir cacher plus longtemps tes origines, dit enfin Dumbledore. Je me trompe?"

"- Je ne sais pas, fit Harry d'un ton las. Et si elle le veux vraiment, je ne vois pas ce qui l'en empêcherais. Et de toute façon, si les autres ne m'acceptent pas, cela ne serais pas un problème: je ne compte pas rester dans le monde de magie une fois ma tâche accomplie."

Dumbledore allait rajouter quelque chose quand ils furent interrompus. Le Professeur Whippet venait de rentrer dans le bureau. Il était suivi de près par Remus.

Dés qu'il le vit, Whippet murmura un sortilège et quelques secondes plus tard, Sirius se tenait devant Harry. Il ne tarda pas à enfermer un Harry pas si surpris que ça dans une étreinte.

"- Harry! Je me suis tellement inquiété! Je ..."

"- Sirius! Tu l'étouffes!"

Remus était venu au secours de l'adolescent qui semblait avoir du mal à respirer.

La journée fut remplie d'explication, de larmes et de rires. Harry la passa en compagnie de Sirius, Remus et ses amis. Ils furent mis au courant de tout, y compris l'arrivé imminente de la Reine de feys.

~~~*~~~

elle fit son apparitions quand midi sonna. Presque la totalité d'élèves se trouvaient dans la grande salle et tous les professeurs.

Tous virent entrer un groupe de gens d'une extrême beauté. A leur tête, une femme. Une femme à la robe blanche et bleue, aux cheveux longs et noirs de jais. Elle avait une démarche hautaine et portait ... une couronne sur la tête et ... une paire d'ailes presque cachés par ses robes.

Des feys. Tous ceux qui savaient ce que cela voulaient dire, regardaient le groupe, horrifiés. Certains jetaient des regards à Dumbledore, pour voir ce qu'il faisait. Mais leur directeur se comportait comme si rien ne s'était passé.

Le groupe était au milieu de la grande salle, quand la femme les fit s'arrêter.

Lorna avait vu Harry depuis son entrée dans la pièce. Elle l'avait regardé dans les yeux, pour voir s'il avait compris ce qu'elle voulait faire. Apparemment oui et vu la tête qu'il faisait, cela ne lui plaisait pas. Mais il n'avait pas de choix.

Harry vit sa tante continuer son chemin et, obligatoirement s'approcher de lui. Quand elle s'arrêta à côté de lui, il se leva et la salua d'un hochement de tête poli. Elle rendit son salut, mais les membres de la suite, eux, étaient obligés de lui témoigner plus de respect, ce qu'ils firent.

" –Je veux que tu nous rejoigne dans le bureau du directeur," dit Lorna d'une vois basse, mais parfaitement audible.

Harry acquiesça et attrapa son sac. Il avait comprit le sous entendu: il devait la suivre. Il prit place à côté de Lorna qui continuer son chemin vers la table des professeurs.

~~~*~~~

à suivre...