Titre: Harry Potter et les Fées

Auteur: satine01black

Rating: R

Paring: Harry/Sev

Base: les 4 premiers tomes (Sirius est en vie!!! Hip, hip hip hourraaaaaaaaa!!! J J J bref passons!)

Avertissement: ceci est un slash alors bye bye les homophobes!!!!!

Pour ceux qui lisent mes autres fics pas la peine de leur rappeler que le français et moi ,ça fait deux!!!!

Remarques: Artemis Luna Diana a écrit des extraits de fics possibles qu'elle ne compte, apparemment, pas continuer. En voici une que j'ai repris et que j'ai continué.

<<<<<!---paroles télépathique---!>>>>>

Chapitre 6.

Le cortège s'arrêta devant la Grande Table sous les chuchotements des élèves.

"- Professeur Dumbledore," salua Lorna.

"- Madame," lui rendit son salut le directeur. "Voulez vous vous joindre à nous pour le petit déjeuner?"

"- Non, finissons ce que nous avons à faire," fit Lorna, la voix stricte.

 

Les élèves observaient le groupe de nouveau venus avec méfiance. Ceux qui étaient habitués à considérer les Feys avec crainte, voire haine, étaient perplexes. Ceux qui ne savaient rien des préjugé, pour la plus part les née moldus, étaient émerveillés par la beauté de ces êtres.

Et puis, tous se demandaient comment Harry Potter connaissait les Feys.

 

Pourtant tous n'étaient pas aveugles.

 

Hermione jeta un coup d'il à Ron, puis ils regardèrent ensemble le professeur Dumbledore qui s'était levé pour montrer le chemin aux invités.

Quand ils passèrent à côté des deux gryffondors, les deux élèves rencontrèrent le regard désolé de Harry. Il ne leur avait presque rien dit de particulier sur les deux ans de son absence, mais ils savaient qu'il n'était peut être pas libre de le faire.

 

Dès que Harry fut relâché par les professeurs, à savoir quelques jours après son arrivée, Hermione et Ron le coincèrent dans une salle de classe vide. Ses deux amis paraissaient plus qu'inquiets.

"- Qu'est ce qui c'est passé Harry? Où étais tu? On te croyait mort!"

Hermione s'était jeté à son cou, les larmes aux yeux, l'étranglant presque.

"- 'Mione, tu l'étrangles!" soupira Ron, mais quand 'Mione' lâcha leur meilleur ami, il le prit à son tour dans une étreinte d'acier.

"- Dumbledore a dit à tout le monde que tu avais disparut et que tu étais sans doute mort."

Harry soupira à son tour quand Ron le lâcha. Il secoua la tête.

"- Il ne savait pas où j'étais," fit-il. "Il y a deux ans quelque chose s'est passé et j'ai du partir. Je ne peux pas vous en parler maintenant. Mais le séjour là où j'étais m'a permis de découvrir des choses sur ma famille et m'entraîner pour survivre à Voldemort."

Il se tut un moment, leur lançant un regard indéchiffrable. Puis reprit.

"- C'était dur," dit-il. "Je savais tout ce qui se passait ici. Vraiment tout. Mais je ne pouvais pas vous contacter. Je suis désolé. Je ne voulais pas vous inquiéter tant."

Ils restèrent un moment plongés dans le silence.

"- Je dois vous dire quelque chose d'autre " avait-il commencé.

Mais à ce moment, la sonnerie annonça le cour suivant et ils durent se dépêcher pour ne pas arriver en retard.

 

Hermione avait remarqué plusieurs choses intéressantes suite à cette première semaine. Mais une chose la frappa le plus: Harry semblait savoir plus sur la magie qu'avant et surtout plus sur les cours qu'ils avaient appris.

Cela piquait sa curiosité, mais elle ne pouvait qu'attendre que son ami lui raconte tout.

Quelques minutes plus tard, les nouveau venus étaient dans le bureau du directeur en compagnie de ce dernier et de certains professeurs. Harry et Lorna avaient prit place sur deux chaises juste en face du directeur. Une partie de la suite de la reine se tenait debout derrière eux. La directrice adjointe était assise à droite de Dumbledore et les professeurs Snape, Lupin et Whippet à sa gauche.

Harry jeta un coup d'il à Lorna avant de reporter son attention sur les professeurs présents. Dumbledore les regardait, avec son habituel scintillement dans les yeux. McGonagall semblait retenir sa colère. Lupin calme comme d'habitude, mais un intérêt non caché dans les yeux. Sirius, qui avait reprit son apparence, fixait Harry et Lorna sans ciller. Snape, et bien, le Maître de Potions semblait présent, mais plongé dans ses pensées.

"- Comme je vous l'ai dit dans ma lettre du début de l'année, directeur," commença Lorna," Harry est mon hériter. Ce qui, j'ai cru que vous l'aviez compris, Dumbledore, impliquait sa sécurité totale et sans condition sur les terres de Hogwarts. Par votre faute j'ai déjà perdu un héritier il y a 16 ans, je ne veux pas répéter la même erreur. Je vais laisser une partie de ma garde personnelle patrouiller dans l'école et aux alentours. Ceci n'est pas une demande, sinon je retire Harry de l'école."

les professeurs la regardèrent, surpris de sa colère car la jeune femme semblait avoir une nature calme. Or l'habit ne fait pas le moine...

Harry, assis à côté de sa tante, était dépité par le fait qu'elle donne les ordres au directeur à son propos.

"- Ma tante," fit-il d'une voix basse, calme mais distincte. "Vous n'avez pas besoin d'ordonner, je pense. Je n'ai rien eu..."

"- Tu n'as rien à dire en la matière," fit Lorna d'une voix coupante.

Harry se tu et ferma la bouche, quelque peu surpris du ton de sa voix, mais peut être pas vraiment.

"- Il y a une autre raison pour laquelle je vous impose ceci," continua Lorna, la voix un peu radoucie. "Je ne sais pas si vos informateurs vous ont communiqué un nouveau problème avec Voldemort."

Elle jeta un regard à Dumbledore, mais continua quand elle le vit froncer les sourcils.

"- Il a commencé à utiliser une nouvelle arme. Une arme ancienne. Bien que je ne peux pas parler d'eux comme d'un objet."

Lorna soupira. Les gardes derrière elle bougèrent, à la fois inquiets, inconfortables et mécontents. Harry la fixa, peu sur de son intention. Après tout, ce thème était presque tabou parmi les feys.

"- Depuis la nuit des temps," commença-t-elle, "Les Mages Noirs essayaient de trouver le secret des Feys. En fait, pas seulement les mages noirs, mais seuls eux nous ont fait tellement de mal..."

elle ferma les yeux un moment. C'était dur pour elle de parler de cela. C'était un sujet difficile.

Harry le savait. Il connaissait l'histoire, il pouvait l'aider.

"- Il y a deux mille ans," reprit-il à sa place," Celui-Qui-Avait-Le-Pouvoir avait emprisonné certains de nos frères."

Harry fit une pause et fixa un moment les professeurs d'un regard sérieux et presque dur, un regard qu'ils ne lui connaissait pas. Il secoua la tête avant de continuer.

"- On ne peut traduire les souffrances, les tortures et tout le mal qu'ils ont vécu sur le papier, dans des livres, et même par la parole, mais ceux qui ont pu en rechaper ont raconté. Ils nous ont dit ce que le Mage Noir voulait faire d'eux."

de nouveau une pause.

"- Les tortures, les expériences diverses, l'enfermement les ont transformés."

A son tour Harry ferma les yeux, mais il continua à parler après les avoir rouvert.

"- Ils ont perdu certains de leurs pouvoirs, en ont gagné d'autres. ils ont changé physiquement et ont oublié leurs personnalités. Ils sont devenus ce qu'on peut appeler les fées."

Harry fronça les sourcils, essayant de leur expliquer ce mot.

"- Ce sont des êtres maléfiques. Puissants, mais tellement ... 'mal'. Puissants, mais ne pouvant servir à des taches intellectuelles. Les différents Mages Noirs au cour de l'histoire s'en sont servis contre nous et Voldemort viens d'en découvrir l'existence, si je ne me trompe."

Lorna acquiesça, reprenant la suite de l'explication.

"- Nous avons découvert, il y a peu de temps, que le Seigneur des Ténèbres actuel utilisait ces êtres pour espionner, que ce soit mon monde, ou le votre. Malheureusement nous ne pouvons pas les tuer. Une ancienne loi, en fait plus une coutume qu'une loi, nous interdit de tuer l'un des nôtres: qu'il soit maléfique ou pas. Cette loi nous l'interdit et nous enlève, en punition, nos pouvoir si on la transgresse."

Lorna soupira.

"- Je ne sais que vous dire: qu'a-t-on fait des fées qu'on a attrapé? et bien, on les a gardés emprisonnés, essayant de leur rendre leur vie d'avant. on a toujours eu un mince espoir que nous pourrions retrouver nos congénère."

Lorna se tu. Ce fut à Dumbledore à parler.

"- Je comprends ce que vous avez dit, mais il y a une chose que je n'arrive pas à saisir," fit-il. "Pourquoi avoir permis à Harry de revenir à Hogwarts si vous le vouliez hors du danger?"

Lorna fronça à son tour les sourcils.

"- Pensez vous, Dumbledore, que James et Lily ne m'aurons pas dit le contenu de la prophétie faite sur Harry et Voldemort?"

Dumbledore secoua la tête; les autres professeurs eurent l'air perdu, tous, sauf Snape.

Un homme agenouillé devant Voldemort.

"- ... Seigneur, ...j'ai entendu quelque chose... Dumbledore la croit... une prophétie... quelqu'un vous menace..."

Une silhouette qui tressaillit, mais qui attends la fin de la réunion avant de disparaître pour porter la nouvelle à son vrai maître.

"- C'est vrai, je n'y ai pas pensé," fit Dumbledore.

"- Et bien sur," continua Lorna, "dès que je l'ai dite à Harry, il a voulut s'en occuper. Il est assez puissant pour."

"- Mais ce n'est pas la seule raison, n'est ce pas?"

"- Non, je n'ai pu apprendre que la magie de feys au pays, et un peu de magie humaine," soupira Harry," mais pas assez pour être un sorcier accompli."

Lorna toussa et Harry lui envoya un regard noir car il lui avait semblé entendre un 'Serdaigle'. Lorna sourit avant de reporter son attention sur ce qui se passait.

'Et puis, mes amies me manquaient,' était le sous-entendu que Snape comprit. Il savait, depuis bien avant la réunion, que le jeune homme avait traversé beaucoup, qu'il avait apprit des choses à ses dépends et qu'il ne voulait pas avoir cette place sur le devant de la scène.

Snape laissa la conversation continuer sans poser des questions. Et vint enfin le sujet qui l'ennuyait.

l'attaque des mangemorts.

"- Avant que l'on ne dise quoi que ce soit," les interrompit Lorna, "je voudrais remercier le professeur Snape pour avoir aidé mon neveux."

Elle leva la main pour couper le maître de potions qui allait protester.

"- Nous, les feys, sommes bizarres envers cela, mais il faut que vous sachiez que nous avons une dette envers vous. Peut être un jour cela vous sauvera la vie à votre tour."

Snape acquiesça d'un mouvement de tête.

Dumbledore parla à son tour.

"- Normalement, les mangemorts, ou plutôt toute personne hostile au château, ne peut rentrer les protections," fit-il. "Or je sais que Harry et Severus étaient sur les terres de Hogwarts quand ils se sont fait attaquer. Ce qui est un peu contradictoire."

Snape fronça les sourcils avant de donner son avis, un peu hésitant.

"- Peut être cela n'a rien à voir avec la menace, mais l'état d'esprit de la personne," dit-il. "Puisque Lucius a précisé qu'il n'en voulait qu'au traître, qu'il ne voulait que l'ancien mangemort. Dans sa tête, il ne pensait pas à un professeur de l'école. et il ne savait pas qu'il allait trouver Potter. Ce n'est qu'en le voyant qu'il avait pris la décision de le tuer."

Les trois autres profs le regardèrent surpris, tandis que le directeur et Lorna échangèrent un regard entendu.

A ce moment là, Harry n'eut qu'une pensée:

'pris séparément, ils sont effrayant, alors complotant ensemble, Merlin nous sauve!'

c'est en voyant le regard suspicieux du jeune élève que Snape sentit mal la suite de la conversation. Il ne connaissait peut être pas assez la Reine des Feys, mais il avait eu un petit aperçu de son caractère à travers la beuglante et les instants précédents.

Alors que le directeur...

Il soupira intérieurement: ils étaient perdus avec ces deux là.

Dès que Lorna ouvrit la bouche pour parler, Harry sut qu'il allait regretter sa décision de revenir dans le monde de sorciers.

"- Donc, si je résume," fit-elle regardant Dumbledore, mais Harry vit un coup d'il vers lui. "Les mages Noirs ont trouvé un moyen de s'introduire dans l'école. qui plus est, ils veulent tuer mon seul héritier qui, précision faite, est un Fey accompli, mais un sorcier qui n'a pas encore terminé son entraînement."

Dumbledore acquiesça légèrement, puis continua à sa place.

"- Comme j'ai un membre du personnel, qui au passage est professeur compétent en deux matières importantes, et qui est aussi menacé, je pense avoir une idée qui pourra nous arranger tous."

Harry leva les yeux vers ceux de Lorna et la fixa un moment.

<<<<<!---Je crois que l'on a la même idée avec Dumbledore, fit Lorna.

---Non?! Ironisa Harry.

---Tu m'excusera si je prends les décisions à ta place, continua Lorna sans faire attention à sa remarque. Aujourd'hui je vais agir plus comme une Reine qu'une tante. Je le dois. Je sais que tu n'aimes pas être manipulé, mais il le faut. Excuse moi.

---Faites comme vous le devez, ma reine,---!>>>>> fit Harry, baissant les yeux, mais sentant au dernier moment l'esprit de Lorna lui donner une caresse d'excuses.

"- Exposez votre idée, Dumbledore," fit Lorna à voix haute.

"- Vous devez sans doute connaître le système dont je vais vous parler," fit-il. "Il y a quelques années encore, les maîtres d'une matière avaient l'habitude de prendre des apprentis. Ils leurs apprenaient leur matière, mais aussi d'autres qu'ils connaissaient. Ils leurs aidaient à maîtriser leur magie..."

"- Proposez vous que votre maître de potions prenne mon neveux comme apprenti?"

"- En effet," sourit Dumbledore, puis se tourna vers Snape. "Si je me souviens bien, Severus, vous m'avez dit vouloir reprendre cette coutume que votre prédécesseur avait arrêté."

Snape acquiesça, il ne savait pas quoi faire d'autre, ou quoi dire, puis il sentit son être intérieur lui crier 'Comment vas-tu te concentrer avec ton empathie hurlante en présence du jeune homme?'

Il vit un coup d'il échangé entre la Reine et le directeur, et il se souvint de l'instant de communication silencieuse entre les deux feys, à la suite de laquelle Potter avait baissé les yeux, blessé mais ne pouvant contester l'autorité de sa tante.

Et enfin il se décida de parler.

"- J'accepte de le prendre en apprenti," fit-il. "Est ce que Mr Potter accepte-t-il aussi cela? L'apprentissage nécessite le consentement des deux parties."

Il voulait avoir l'impression d'avoir, au moins, donné un choix au jeune homme.

Pourtant quand Harry releva la tête, il avait le visage neutre.

"- Bien sûr que je suis d'accord," répondit-il. "Je serais honoré de devenir votre apprenti, professeur Snape. Vous êtes après tout, le maître de potions le plus connu du monde sorcier depuis un siècle."

Snape haussa la tête, reconnaissant un compliment.

"- Alors c'est réglé," sourit Dumbledore. "Je vais préparer les papiers nécessaires pour demain au plus tard."

 

à suivre