Chapitre 3

 

Harry était assis devant le bureau de Dumbledore avec une tasse de thé quand ils entendirent quelqu'un frapper à la porte. Il fit mine ne pas entendre, alors qu'il suivait tout mouvement de nouveau venu. Normalement il l'aurait du remarquer bien avant qu'il n'arrive dans la pièce. Mais il soupçonnait Albus mettre dans son thé quelque chose qui relaxait, lui faisant baisser sa garde. Peu importait : quelque manipulateur qu'il soit, Albus était un homme de confiance.

Harry sentit, plus qu'il ne vit, Snape prendre place sur une chaise à côté de lui.

Il semblerait que le vieux directeur savait pourquoi Harry était venu le voir. Harry savait que le Maître de Potions était une espèce d'informateur pour Dumbledore. Peut être avait-il un réseau d'informateurs ou d'amis bien utiles ou autre chose. Il ne pouvait dire quoi.

Dumbledore proposa une tasse de thé à Snape avant de prendre la parole.

"- Harry, si je ne me trompe vous vouliez me parler des barrières de l'école."

Harry leva les yeux au ciel, exaspéré.

"- Oui," fit-il. "Comme vous avez du le remarqué, je n'ai eu aucun mal de les traverser lors de mon arrivé. Donc je voulais vous demander, en tant que directeur me donner la permission de les vérifier et de les renforcer."

Dumbledore le regarda un moment avant de sourire.

"- Bien sur. Je vous laisse le chemin libre pour ça. Et si je ne me trompe, il vous sera utile d'avoir sous la main une des bibliothèques des fondateurs."

Il se tourna vers Snape.

"- Severus, ce sera gentil de votre part de montrer à Harry le chemin vers celle du 4eme étage. Et peut être vous lui serez aussi utile, puisque vous avez si je ne me trompe fait une recherche là-dessus il y a quelques années."

Harry retint un soupir. Il devait se tromper ou Albus était complètement barge ! Il était en train de tout faire pour que les deux hommes passent du temps ensemble !

Harry eut un sourire intérieur : cela ne lui déplaisait pas, mais alors vraiment pas.

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

Oh, que les dieux le protègent ! On était à la fin de la semaine et déjà il se demandait ce qu'il faisait là.

Les élèves comprirent très vite que leur professeur de DCFM était quelqu'un  de très sérieux dans ce qu'il faisait, sévère, mais contrairement à Snape, il était juste. Il apprirent à leurs dépends qu'énerver l'homme n'était pas facile, mais aussi que ce n'était pas une option. Car quand cela arrivait vraiment...

Et les cours particuliers allaient commencer. Certains enseignants, autres que ceux qui étaient là lors de son arrivé, trouvaient qu'il en faisait trop. Que gâcher sa vie personnelle ou en tout cas, qu'il donnait un peu trop de son temps aux gamins. Mais les autres savaient mieux. Alors que les élèves ne s'en souciaient pas. Ne le savaient même pas. Ou du moins pas tous.

En fait, deux seules personnes du corps élève se sont aperçu que quelque chose clochait avec leur professeur e DCFM...

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

C'était au détour d'un couloir qu'elle avait rencontré Malfoy. Ils avaient continué jusqu'à la salle de DCFM sans parler, côté à côté, l'un après l'autre. Juste quelques mètres de la destination, Draco les fit s'arrêter.

"- Heu... écoute Granger... puisqu'on va avoir des cours particuliers ensemble, je propose qu'on fasse une trêve," dit-il la regardant dans les yeux.

"- Il était temps," sourit Hermione. "Cette rivalité a trop duré."

Ils se serrèrent la main et au moment ou ils allaient repartir, ils virent le professeur Snape sortir de la salle de Défense. Le professeur Pendragon le suivait.

"- Merci de m'avoir apporté ses quelques précisions, Severus," dit-il avec un soupçon de moquerie dans la voix.

Draco fronça les sourcils. Il s'approcha plus près d'Hermione et lui chuchota à l'oreille.

"- Ce n'est pas normal ! Snape ne laisse personne à part Dumbledore et la famille l'appeler par son prénom ! Et j'en sais quelque chose : je suis son filleul !"

"- La prochaine fois que vous aurez besoin de ses  quelques précisions, vous irez les chercher vous même," répondit un Snape, on ne peut plus énervé.

Mais Pendragon ne semblait pas prendre la menace au sérieux car il eut un sourire.

"- Allons, allons. Je suis sur que le professeur Dumbledore comptait sur votre bonne foi. Et puis, je suis sur que vous..."

Snape l'interrompit, mais ni Draco ni Hermione n'entendirent ce qu'il dit. Néanmoins Pendragon rit. Snape eut le regard qui semblait quelque peut amusé, et un "Touché" se lisait dans ses yeux.

"- Si je ne vous connaissais pas mieux, je penserai que vous ne me supportez pas !"

"- Mais je ne vous supporte pas !" fit Snape avec un haussement de sourcils. "Bref, faites votre travail, que mes informations ne soient pas vaines."

Draco et Hermione échangèrent un regard stupéfait : Est-ce que les deux hommes étaient en train de flirter ? !

De ce que Draco savait de son parrain et que Hermione devinait, ça en avait tout l'air.

"- Entendu, Severus," fit Pendragon. "Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, j'attends quatre élèves, dont deux sont déjà là."

Le professeur Pendragon leur jeta un coup d'œil. Apparemment il les avait vu depuis longtemps. Ce qui voulait dire que les deux hommes n'auraient sûrement pas flirté intentionnellement devant des élèves.

Sauf s'ils l'aient fait inconsciemment.

Draco et Hermione échangèrent des regards entendus avant de rentrer dans la salle de classe.

Quelques minutes plus tard, les deux autres élèves étaient là.

Le premier cours particulier avait pour but d'évaluer les connaissances des quatre élèves en matière de défense. Un à un, chacun s'était avancé au milieu de la pièce. Ils devaient contrer les sorts lancés par leur professeur avec plus ou moins de force.

Il s'était avéré que les quatre élèves avaient un niveau assez élevé. Cela n'était pas étonnant pour Draco : sa famille en était la cause. Hermione, elle avait appris assez de livres par cœur pour pouvoir appliquer aisément le tout. Les deux autres, Hannah et Terry, avaient été entraînés tous  les deux par leurs parents aurors (ils étaient des amis d'enfance).

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

A la fin de la première semaine de cours particuliers, Harry était horrifié.

Non seulement ses élèves étaient incapables de sens d'observation (conclusion du premier cours en classe entière), mais ils ne savaient pas se défendre correctement non plus.

Dimanche à 16 heures, après le dernier cours privé, Harry était assis dans l'un des fauteuils de la salle des professeurs. Les yeux fermés, les mains sur les accoudoirs, la tête reposée sur le dossier du fauteuil. Il sentit, plus qu'il n'entendit, quelqu'un s'approcher.

"- Dure journée ?"

"- Non, mais la semaine, si."

Il ouvrit les yeux pour voir Minerva s'asseoir en face de lui.

Il aimait bien la femme, mais quelque fois il n'était pas d'humeur. Alors il la laissait parler.

Mais cette fois si, quelque chose d'autre attira son attention. Une présence. Il était sur pourtant qu'ils étaient les seuls dans la pièce. Il fronça les sourcils intérieurs et étendit son aura. Il sentit tout à coup la présence flagrante d'un animagus dans la pièce qui n'était ni Minerva, ni lui. Bizarre. Mais avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, la présence s'estompa et il oublia l'incident.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Un des soirs, les jours précédent Halloween, Harry perçut que l'atmosphère était, on ne peut plus lourde. Il échangea un regard avec Dumbledore et celui ci lui fit comprendre qu'il lui expliquera plus tard. Harry acquiesça avant de s'asseoir à côté de la place vide de Severus.

Severus...

L'homme avait une personnalité complexe. Il était sombre, contradictoire et stoïque. Et Harry se sentait attiré par l'homme... ce qu'il avait dit le jour de son arrivé était toujours vrai, mais à son fort intérieur, Harry sentait que ce n'était pas d'un mentor qu'il avait besoin maintenant.

Il y avait entre eux une espèce d'amitié bizarre. Des fois, ils se comportaient comme des amis, alors que d'autre fois, ils se disputaient, n'étant d'accord sur rien. Cela était dés le début comme ça

Harry finit de manger avant les autres et sortit sans se faire remarquer de la salle. Il savait que Dumbledore voulait le voir après dans son bureau, mais pour l'instant, il allait voir Snape. C'était la personne la plus informée et la plus honnête du château après Dumbledore.

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

"- Entrez."

Harry avait suivit le couloir des cachots et avait frappé à la porte des appartements du Maître de Potions. Il rentra dedans et s'approcha de l'homme.

"- Puis-je savoir pour quelle raison vous avez décidé interrompre mon repas ?"

"- Qu'est ce qui se passe ?" fit Harry de but en blanc.

"- De quoi parlez-vous ?" demanda Snape intrigué.

"- Il y a quelque chose qui se trame depuis quelques jours et j'ai l'impression qu'Albus ne me le dira qu'au dernier moment."

Severus fronça les sourcils.

"- A part la réunion d'Ordre..."

"- Oh ? Je savais qu'il y aurait une où Albus me présentera, mais pas quand."

"- Et bien, elle est ce soir."

Harry fronça les sourcils et Snape soupira.

"Manipulateur" marmonna Harry à l'encontre du directeur avant de sortir des cachots.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Quand Harry entra au bureau du directeur, il comprit qu'il était l'un des derniers arrivés. Dumbledore parlait avec McGonagall et Snape à côté de la cheminée. Quelques autres professeurs étaient ça et là à discuter ou tout simplement se regarder en silence. Quelques autres personnes, étrangers à l'école, étaient aussi présentes. Harry reconnut avec un froncement de sourcils la présence d'un loup-garou. Cela devait être Remus Lupin, un ami de son feu père. C'était sans doute cet homme qui semblait si fatigué qui se tenait pas loin de Dumbledore. Harry observa la femme qui se trouvait à côté de la porte. Une métamorphomage. Sans aucun doute.

Et puis Harry remarqua avec surprise deux élèves. Il ne le montra pas, mais il était inquiet du pourquoi Dumbledore faisait rentrer des élèves dans l'Ordre.

Hermione parlait avec Draco. La jeune femme semblait agitée, mais Harry pensait que c'était juste à cause de sa première réunion.

Severus nomma les autres à Harry, à voix basse.

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

"- Ce soir nous avons plusieurs choses à régler," commença Dumbledore une fois tout le monde arrivé et installé.

Tous les membre les plus importants de l'ordre étaient là. Tous ceux disponibles en tout cas. Nymphadora Tonks, Remus Lupin et Alastor Maugrey parlaient d'un côté. Le clan Weasley était regroupé de l'autre. Un autre groupe entourait Dumbledore. Severus et  Harry, les derniers arrivés, se mirent non loin de Dumbledore. Et tout le monde reporta son attention sur le chef de l'ordre.

"- Mais d'abord laissez moi vous présenter un nouveau membre: le professeur Thomas Pendragon. Il nous vient de la France, la Bretagne pour être plus précis et enseigne cette année la DCFM."

Certains acquiescèrent, les autres professeurs en fait, car ils connaissaient déjà le nouveau. D'autres froncèrent les sourcils, méfiants. Harry fit un demi-sourire, saluant les autres et vit tout de suite que certains lui ont déjà mis le même libellé qu'à Severus. Il leva les yeux au ciel sans que personne d'autre ne le voie car tout le monde avait de nouveau les yeux fixés sur le directeur.

"- D'un autre côté, nous avons un léger problème," continua Dumbledore. "Comme vous le savez déjà, un mangemort s'est échappé d'Azkaban, et reste introuvable aux recherches lancées."

Il eut de diverses réactions. Du d'égout, de la peur, de l'incrédulité, mais tout le monde, sauf Harry, semblait être au courant de ce dont le directeur parlait.

"- Nous devons tous y mettre du notre pour que Sirius Black ne fasse pas plus de dégâts qu'il a déjà fait avant son emprisonnement."

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

Puis, à la fin, Dumbledore demanda à ce que seuls Hermione, Draco et lui restent.

"- Mlle Granger," commença Dumbledore. "Ce qui va se dire ici doit rester un secret."

Hermione acquiesça, mais Harry comprit que Dumbledore lui a déjà parlé de ça.

"- Je voulais vous demander une faveur," continua le directeur. "Etant donné que vous partageaient les appartements des Préfets avec M Malfoy, il faudra que vous me fassiez parvenir les informations que Draco amènera."

Hermione fronça les sourcils. Harry faillit le faire aussi. Mais lorsqu'il comprit ce qu'impliquaient les paroles du directeur, il fut trop choqué pour dire quoi que ce soit. Au moins la première minute.

"- Vous envoyez les élèves espionner le Seigneur des Ténèbres ?" fit Harry la voix forte, la colère à peine contenue. "Avez vous perdu la raison, Dumbledore !?"

Les deux élèves regardaient, surpris, le professeur de DCFM se mettre en colère contre le directeur. Ils l'avaient déjà vu se mettre en colère en cour, mais jamais aussi fort. Jamais aussi sérieusement. Et ils n'auraient jamais pensé que quelqu'un puisse parler ainsi à Dumbledore.

Pourtant le directeur ne semblait pas s'en faire. Il leva la main pour couper le jeune professeur.

"- Thomas, je ne pense pas..."

Mais Harry ne lui laissa pas continuer.

"- Je n'ai pas reconstruit les protections de l'école pour que vous vous amusez à envoyer des élèves se faire tuer !"

"- Harry, assez !"

Dumbledore avait haussé la voix, mais cela ne fit rien à la colère du jeune homme.

"- Si jamais vous laissez M Malfoy compromettre la position de Severus Snape, non seulement vous serez responsable de sa mort, mais vous aurez perdu la confiance que je vous porte !"

Harry l'avait dit d'une voix étonnamment basse, mais distincte et remplie de colère et de pouvoir. Il sortit ensuite de la pièce sans laisser les autres le temps de réagir.

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

Une fois la réunion terminée, il était de suite descendu dans les cachots. Il était fatigué, mais il avait encore une potion à faire. Il s'installa dans son laboratoire, sortit les ingrédients et mit le chaudron sur le feu quand on frappa à la porte.

De sa voix habituelle, il autorisa la personne à rentrer. La porte s'ouvrit pour laisser passer Harry.

Un Harry bien agité. Trop agité. Severus fronça les sourcils, mais ne dit rien, attendant que son visiteur parle.

"- Pourquoi l'avoir accepté ?"

Severus ne dit rien. Il savait de quoi voulait parler le jeune professeur. Severus n'avait quitté le bureau du directeur seulement car il savait de quoi celui-ci voulait parler aux trois jeunes. Mais il savait que Harry n'avait sans doute pas laissé Albus finir.

Il savait aussi que Harry appréciait beaucoup Draco. Comme élève, tout comme individus, le jeune Serpentard était intéressant. Et il avait aussi remarqué que les gens qui comptaient pour Harry, il les protégeait, sur le derrière de la scène, mais il les gardait loin du danger.

Harry soupira. Il devait se calmer.

"- Pourquoi vous inquiétez vous tellement pour M Malfoy ?"

Ce fut le tour de Harry de froncer les sourcils. Cette question était rhétorique. Il soupira en s'approchant du plan de travail de Snape. Il s'était calmé et se sentait tout à coup bête d'avoir perdu son sang froid. Merlin lui aurait fait tout un discours sur le pourquoi il ne fallait perdre son calme pour quelqu'un d'aussi puissant que lui !

Il observa avec attention les ingrédients autour du chaudron.

"- La potion Tue Loup ?"

Ce n'était pas vraiment une question. 'Remus Lupin', pensa-t-il.

"- ça fait longtemps que je n'ai pas fait de potions," fit-il. "Puis-je vous observer la faire ?"

Snape eut un vague haussement d'épaules et retourna à son travail.

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o

Deux bonnes heures plus tard, Snape commença à ranger le plan de travail. Il lui restait d'attendre quelques jours pour que la potion soit prête.

Il soupira presque. Merlin, ils n'avaient pas parlé depuis l'arrivée du jeune professeur. D'habitude, ils avaient quelque chose à dire. Et quelque chose d'intelligent. Mais là, rien.

Par contre Snape senti, pendant ce silence, les yeux verts l'observer. Chaque mouvement qu'il faisait. Chaque geste.

"- Avez-vous fini ?"

La vois de Harry avait repris son ton sérieux et froid habituel. Mais Snape pouvait sentir une note, une tonalité inhabituelle dans cette vois.

"- Je dois la laisser reposer pour quelques jours."

Harry acquiesça, puis se leva du fauteuil où il avait prit place. Il s'étira, puis soupira.

"- Ce n'est pas pour Draco que je m'inquiétais plus, Severus."

Sa vois était tout aussi calme et sincère.

"- Avez-vous pensé ce qui peut arriver si Draco se fait prendre ?"

Harry soupira de nouveau.

"- Il n'est qu'un élève," fit-il. "Et il n'a pas l'habitude de l'espionnage. S'il parle, vous êtes mort."

Severus se tourna vers lui, ses yeux noirs encrés dans les yeux verts de Harry.

"- Je sais," soupira-t-il à son tour. "Mais plus on a d'espions, mieux c'est. En plus Draco est assez doué quand il faut jouer un rôle."

Harry secoua la tête, faisant voler ses chevaux autour de sa tête. Il se passa une main sur le visage. Ses lèvres se courbèrent en un sourire. Un sourire qui n'avait rien de joyeux. Un sourire qui n'atteignait pas ses yeux.

"- Merlin !" dit-il doucement. "Je ne peux pas m'empêcher à m'inquiéter pour vous !"

Son ton était le même, mais une touche désespérée s'y mêlait. Un désespoir d'un homme perdu.

Severus bougea, il s'approcha du jeune homme et se mit juste devant lui. Prit d'une envie soudaine, il leva sa main droite et la posa sur la main sur le visage de Harry. Il l'éloigna du visage de son propriétaire, puis la délaissa pour mettre sa main levée sur la joue de Harry. Cette envie soudaine de sauver l'homme perdu, de le ramener parmi eux... il posa ses lèvres sur ceux du plus jeune en un léger baiser.

o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°à suivre°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o¤°¤o