Titre: Quand Harry rencontre ...

Auteur: Satine01black

Disclamer: rien à part l'histoire ne m'appartient.

Pairing: Vous allez voir (hé hé)

ATTENTION!!!! CECI EST UN SLASH!!! CEUX QUI N'AIMENT PAS ? PASSEZ VOTRE CHEMIN!!!!

 

"Il allait enfin le revoir" était la seule pensée qui occupait son esprit depuis son réveil, tôt ce matin là. Harry était débout devant son lit, silencieux, observant son reflet dans le miroir de l'armoire. A 17 ans il était devenu un beaux jeune homme aux cheveux noirs en bataille et yeux verts derrière ses lunettes, qu'il pensait bientôt changer contre des lentilles de contact. A 17 ans il avait la moitié des filles de l'école qui lui couraient derrière, ne sachant cependant pas que le Survivant n'était pas attiré par le sexe opposé. Ou du moins pas en ce moment. Les pensées du garçon qui a survécu étaient focalisées sur un seul être. Celui qui l'avait soutenu pendant les dernières années. Celui qui l'avait réconforté quand il allait mal par un sourire, un léger contact de corps ou un frottement de main. Un petit quelque chose qui rallume le feu presque éteint de vie.

Il s'en était aperçu que l'année précédente, mais depuis leurs rencontre une personne a toujours été là pour lui. Depuis trois ans. Une main sur son épaule après l'apparition de la Marque des Ténèbres à la Coupe du Monde de Quidditch; un sourire après la première tache du Tournoi des Trois Sorciers; une lettre après la disparition de Sirius...et beaucoup d'autres choses pour le soutenir.

Harry était arrivé au square Grimaud vers 18 heures cet après-midi là. Il s'était avancé vers la porte de la demeure invisible et avait sorti une vieille clef rouillée, qu'il tourna dans la serrure. Quelques minutes plus tard il s'était retrouvé dans les bras de Ms Weasley au milieux d'un couloir noir éclairé que par une baguette magique. Tout c'était ensuite bousculé. Charlie était arrivé par la même porte que sa mère quelques instants plutôt. Il lui avait tendu la main tout en l'observant à la dérobée. Harry le salua en rougissant quelque peu. Ms Weasley, qui n'avait rien remarqué, conseilla à son fils d'aider Harry à monter ses affaires. Tout en remarquant le changement physique du jeune gryffondor, Charlie engagea la conversation avant que celui-ci ne remarque quoi que ce soit.

"- Tu vas bien? fit-il remontant à son niveau.

Ils étaient entrés dans la chambre réservée au deux amis, et l'absence du rouquin était tout de suite remarquée.

"- Hermione l'a invité chez elle, sourit Charlie.

- Ah, fit Harry. Ils se sont enfin déclarés?

Harry était en train d'ouvrir la cage d'Hedwige quand une paire de mains le saisirent aux épaules et le firent basculer en arrière. Charlie l'avait tiré vers lui, l'emprisonnant dans ses bras. Il sentit le souffle du roux à côté de son oreille droite et frissonna.

"- Je sais que tout ne va pas si bien que ça, lui murmura-t-il. Mais tout ira mieux. Il faut juste te détendre, oublier toutes tes peines et laisser le calme t'envahir."

Harry avait alors senti la chaleur d'un baiser sur son cou, ce qui le fit sursauter. Les lèvres de Charlie étaient douces, et il avait envie de s'abandonner à l'étreinte. Mais avant qu'il n'eut le temps de prendre une décision, Ms Weasley les appela pour manger.

Dans la sombre salle à manger de la maison plusieurs personnes avaient été présentes. M et Ms Weasley, Remus Lupin, Tonks, Ginny, Luna et Mondingus étaient déjà installés autour de la table, laissant aux deux arrivants deux places libres l'un en face de l'autre. Durant le repas Harry était distant. Il pensait à Charlie et à ce que celui-ci lui avait dit. Il semblait que le jeune éleveur de dragons était attiré par lui. Ceci représentait une bonne raison pour se réjouir, mais Harry appréhendait plutôt ce que allait survenir à leur prochain tête-à-tête. cependant cela ne lui faisait pas vraiment peur.

À ce moment il sentit le pied de Charlie effleurer le sien. Il lui jeta un coup d'il à l'homme et rougit sous son regard rempli de tendresse. Les yeux de Charlie lui posaient une question muette à laquelle Harry répondit par un sourire timide.

 

 

 

Ce soir même, après que tout le monde est allé se coucher, Charlie était sorti de sa chambre. Sans faire grincer le plancher il s'était avancé vers la pièce où Harry était entré quelques instants plutôt. Il savait qu'il ne devait pas le faire, mais il ne pouvait pas attendre le lendemain matin. Sans faire de bruit il s'arrêta devant une porte et donne trois légers coups. Quand il la referma derrière lui, il vit un Harry un peu surpris le regarder. Ils s'observèrent un moment et ce n'est qu'ensuite qu'il s'était aperçu que le jeune sorcier était torse nu. Celui-ci rougit de nouveau, mais ne fit rien. Charlie avait l'impression qu'ils étaient sous le charme l'un de l'autre. Il avait cependant remarqué les muscles que Harry s'était fait au Quidditch. Il était à croquer (et déjà il le dévorait des yeux). Il ne savait pas quoi dire: ce n'était pas le premier homme qu'il désirait, mais un autre sentiment se mêlait à ce désir. En fait il l'aimait. Il aimait ses yeux verts, ses cheveux noirs toujours en bataille, cette expression candide sur son visage qu'il a vu dès leur première rencontre; non que Harry était "ignorant" (il avait du supporter des choses que lui même ne pouvait imaginer), mais c'était plutôt cette expression de curiosité d'un enfant qu'il y avait dans ses yeux. Charlie ne voulait pas que ce soit une relation sans lendemain.

Harry, en revanche, découvrait pour la première fois l'attirance envers un homme. Il découvrait seulement maintenant que ce bien être qui lui inspirait Charlie, cette sécurité, cette confiance, était en fait de l'amour. Depuis la mort de Sirius, Charlie était la seule personne qui lui avait vraiment aidé à surmonter sa douleur. Et maintenant qu'il se tenait devant lui, il sentait un désir indéchiffrable monter en lui.

Il se regardèrent yeux dans les yeux. Enfin Charlie avait franchi la petite distance qui les séparait et s'arrêta devant Harry. Leurs corps s'effleuraient et leurs souffles se mélangeaient. Harry avait un peu baissé la tête, mais il lui releva le menton. Leurs regards se croisèrent de nouveau. Un sourire de surprise flottait sur les lèvres du jeune homme. Biens qu'ils faisaient la même taille, Charlie dut se baisser pour approcher de ses lèvres qu'il toucha presque pas. Il les effleura, comme pour demander la permission.

Le cur de Harry s'était arrêté de battre lorsqu'il avait senti les doits de Charlie sur son visage et une légère pression sur ses lèvres. Mais tout de suite il repartit au galop.

"- veux tu que je te fasse découvrir la magie de l'amour? chuchota Charlie à son oreille lui effleurant de ses doits le dos.

- ça seras ma première fois, fit Harry tandis que Charlie l'attirait vers lui. Mais je veux que ce soit avec toi."

le baiser qui en suivit fut le début d'une longue nuit.

Charlie avait passé une de ses mains sur la taille fine de Harry, l'autre étant toujours sur le visage de celui-ci. Il sentit des bras hésitants lui encercler le cou, tandis qu'il jouait avec des lèvres douces et humides du jeune sorcier. Ils s'étaient retrouvés collés l'un à l'autre, la tête bourdonnante et le corps en feu. A travers sa chemise Charlie pouvait sentir le contact chaud avec la peau du brun. Avec ses mains il le poussa doucement contre le mur. La langue de Charlie jouait avec les lèvres de son futur amant pour demander l'autorisation d'approfondir le baiser.

Lorsque Harry, entre le mur et Charlie, avait senti la langue de ce dernier faire cette requête, il avait entrouvert ses lèvres en laissant échapper un gémissement vite étouffé. La chaleur du baiser se propageait dans tout son corps lorsque les langues engagèrent un ballet amoureux. Pendant ce temps les mains de Charlie découvraient chaque parcelle de son torse nu. Sans s'en apercevoir il avait commencé à déboutonner la chemise de son amant. Au bout de souffle, ils s'arrêtèrent et la bouche de Charlie glissa doucement vers son cou.

Charlie sentait la divine odeur de Harry, il gouttait sa peau tout en descendant un peu plus. Il sentait le jeune homme fondre dans son étreinte quand sa langue s'amusait avec ses zones sensibles. Les lèvres unis dans un baiser il avait glissé l'une de ses mains vers le pantalon de Harry, tandis que celui-ci lui enlevait la chemise.

"- nous serons mieux sur le lit," avait dit l'un d'eux, mais Charlie ne savait plus qui.

Quelques minutes plus tard Harry avait senti son dos toucher la surface douce du lit. Charlie était sur lui, leurs corps se touchaient à peine, s'effleurent, se donnant des frissons de bonheur. Apres des instants d'exploration mutuelle, tous les deux s'étaient rapprochés, totalement dénudés, couverts jusqu'à la taille par un drap. Leur respirations étaient depuis longtemps plus accélérées, mais Harry s'en moquait. Il avait passé ses doits sur la cicatrice brillante que Charlie avait sur l'un de ses bras. Ses mains explorèrent ensuite le dos de son amant avant d'aller jouer avec ses cheveux.

Charlie sentait sa chaleur corporelle augmenter, pour Harry s'en était de même. Il avait descendu ses lèvres vers le cou du brun, jouant avec sa peau, oubliant peut être qu'il pourra y laisser une trace, ou le marquant exprès sien. Il continua sa course encore plus bas, s'amusant à faire gémir Harry de plaisir. Mais il ne s'arrêta pas là. Il effleura le membre du garçon tout d'abord avec ses doits, puis avec sa langue. Le brun avait crispé ses doits sur les draps quand il le lui prit entièrement dans sa bouche et entama un va-et-vient langoureux. Il joua avec Harry un petit moment. Puis il sentit que celui-ci n'en pouvait plus. D'ailleurs il était lui aussi au bord de l'extase. Il revint vers son visage pour l'embrasser, tandis que ses doits effleuraient l'entrée de son amant. Celui-ci se raidit.

"- n'ait pas peur Harry, chuchota-t-il. Détends toi."

Sentant Harry se détendre, il entra en lui un doit qu'il avait auparavant lubrifié. Il savait que cela faisait mal au début, alors il s'arrêta pour donner le temps au brun de s'habituer à sa présence tout en lui chuchotant des mots rassurant à l'oreille. Puis ayant reçu l'accord de Harry, il rentra un deuxième doit. Un gémissement de plaisir de Harry lui montra que celui-ci appréciait le mouvement de va-et-vient entamé par le rouquin. Un instant plus tard, Charlie retira ses doits. Harry eut un gémissement de protestation qui se transforma en gémissement de bonheur quand Charlie le pénétra tout en embrasant les points sensibles de son dos. Il entama un va-et-vient qui les fit gémir tout les deux. Charlie passa l'une de ses mains à la taille de Harry pour le coller encore un peu à lui, et l'autre main sur le sexe de son amant. Au bout de quelques minutes Charlie sentit l'extase de Harry venir, et sous les anneaux resserrées de l'intimité du brun il se déversa en lui.

Tous les deux restèrent sans bouger reprenant leur souffle, puis Charlie se retira de Harry, lui arrachant un dernier gémissement. Charlie l'embrassa, avant de le laisser reposer sur son torse.

Le souffle encore court, Harry entendait le cur de Charlie battre. Il souriait. Il avait trouvé cela magnifique.

"- ça a été parfait, souffla Charlie lui caressant les cheveux.

- moi aussi j'ai beaucoup aimé, dit Harry passant ses deux bras à la taille.

- ça m'étonne que les autres n'ont rien entendu, fit remarquer son amant.

- j'ai jeté un sort de silence sur la pièce, lui dit-il. Au cas ou j'aurais des cauchemars, mais je crois que je vais dormir très profondément ce soir."

Charlie avait jeté un coup d'il au jeune sorcier. Celui-ci souriait, ses yeux verts brillaient.

"- reste ici cette nuit", murmura Harry.

Charlie sourit à sont tour avant d'éteindre la lumière d'un coup de baguette.

"- bon anniversaire, Harry, dit-il effleurant de ses doits le visage du brun. Avec un peu de retard.

- c'est le plus beau cadeau d'anniversaire que j'ai eu", lui répondit-il dans un murmure.

 

 

 

"- Bonjour les amoureux!"

Tous les deux se réveillèrent en sursaut pour découvrir un Ron souriant assis sur son lit. Hermione était à côté de lui, le tenant par la main.

Harry émergea de l'étreinte chaude de Charlie. Il lui a fallu quelques minutes pour comprendre dans quelle situation l'ont surpris ses amis. Il rougit et replongea son visage dans le couvertures. Il entendit Ron et Hermione rire tandis que Charlie lui donnait un baiser, essayant de lui piquer le drap au passage.

"- Je ne sais pas et je ne veux pas savoir ce que vous avez fait hier soir, dit Hermione. Mais il vaudras mieux que vous descendez avant que quelqu'un autre ne vienne vous chercher.

- Harry chérie, lui murmura à l'oreille Charlie. Veux tu qu'on attende la fin de tes études pour mettre au courant la famille.

- Je pense qu'on peut leur dire maintenant, sourit celui-ci. Mais qu'à la famille..."

Charlie ne le laissa pas terminer, lui emprisonnant les lèvres dans un baiser langoureux.

 

FIN.