Titre: Blood

 

Auteur: Artemis Luna Diane

 

Traductrice: satine01

 

Rating: R(éventuel NC-17)

 

Pairing: HP/SS

 

Disclamer: Je n'ai rien, moi. Même pas l'histoire. Ah, si !!!! La traduction :-)

 

Résumé: Tout ce que Harry veux, c'est de rentrer à la maison.

 

Spoileur: de 'HP à l'école de sorciers' jusqu'à la fin du 18e chapitre du 'HP et l'ordre du phénix', des éléments nouveaux viennent avant le chapitre 19

 

ATTENTION !!!

CETTE HISTOIRE CONTIENT DES ELEMENTS DE SLASH !!!

SI VOUS AVEZ DES PROBLEMENS AVEC CELA OU AVEC CE PARING... PASSEZ VOTRE CHEMIN !!!

 

Coup de pub: je fais un forum Jeux de Rôle sur Blood, venez voir, on ne peux pas encore y jouer car j'ai pas fini la traduction, mais vous pouvez y lire une version de Blood un peu plus 'dans le jeux'. Adresse : http : // blood-ald. forum2jeux. Com (sans espaces)

 

Chapitre 1: La perte de sang.

 

 

Quand Harry revint à sa chambre quelques heures plus tard, il la trouva vide. Il se précipita vers la cuisine et trouva Quentin assis derrière une table, seul.

 

"- Où est-elle ?" demanda Harry.

 

Quentin sourit, et Harry senti sa peur s'accentuer.

 

"-Elle délirait sur son père, la mort et le sang, tout le blabla des mortels. Elle était assez éperdue. Je crois qu'elle a emprunté le tunnel de sortie."

 

Harry avala sa salive de travers.

 

"- En dehors..."

 

"- Bien sur."

 

Harry écrasa son poing sur la table devant lui.

 

"- Et tu l'a laissé aller! Elle va mourir si elle marche dans la lumière du soleil!"

 

Le sourire de Quentin fana, et il se redressa sur son siège.

 

"- Je te donne beaucoup de liberté, garçon, mais n'oublie jamais que je suis ton Sire. Je suis le Rector Lamia. Tu ne me parlera plus jamais comme ça, compris ?" fit-il avec une voix lente, articulant bien chaque mot, chaque syllabe montrant sa colère, et quand Harry ne répondit pas tout de suite, il le gifla. Il se leva de derrière la table et s'approcha du Harry tombé au sol.

 

"- Si elle ne revient pas à la nuit tombée, nous irons chercher ce que restera d'elle," fit Quentin et se prépara à sortir de la pièce, mais s'arrêta avant de le faire. "Si elle revient, amène-la-moi tout de suite."

 

Harry fixa le pas de porte vide. On ne lui a jamais fait ça. C'était la première fois qu'il se sentait tellement trahi par quelqu'un qu'il respectait.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

 

Plus le temps passait, plus les espoirs de Harry s'estompaient. Elle n'était toujours pas de retour. Il ne comprenait pas pourquoi Quentin l'avait transformé s'il la laissait s'enfuir la minute qu'elle se réveillait. Il alternait entre faire les cents pas et rester assis dans le couloir où le tunnel de l'est émergeait dans la construction. Quentin n'est jamais revenu voir ce qu'il faisait.

 

Harry n'avait pas besoin de vérifier que la nuit était tombée, il le savait. Il était resté toute la journée en face de l'entrée du tunnel est. La fille n'est jamais revenue. La chance qu'elle soit restée dans le labyrinthe de tunnels était faible. Pourquoi ? Pourquoi est ce que Quentin l'avait-il transformé et l'avait laissé mourir ?

 

Harry leva les yeux quand Quentin fit son entrée.

 

"- La nuit est tombée. Nous allons chercher dans les environs du souterrain. Si nous ne la trouvons pas, les loups-garous l'auront sans doute pris avant le coucher du soleil."

 

Harry tremblait presque de rage, les dents transperçant sa lèvre intérieure pour essayer de se contrôler. Il ne dit rien, juste suivit Quentin hors du sous terrain. Quand ils atteignirent la surface, un léger vent se leva et amena avec lui l'odeur de la chair et des cheveux brûlés. Harry vacilla.

 

Dans les profondeurs des souterrains il n'avait pas remarqué que ses sens ont été changés, sauf pour sa vision, bien entendu. Même après sa première chasse, il croyait qu'il était capable de sentir le sang juste parce qu'il était un vampire et s'était de la nourriture. Maintenant il réalisait que non seulement sa vision a été changée, mais son odorat a aussi été renforcé.

 

Il suivit Quentin vers la source de l'odeur. Là, par terre l y avait des restes de la fille dont il s'était nourri la nuit dernière. Sa peau était noire, couverte de brûlures et plein de marques de petites explosions. Comme si son sang avait bouilli et explosé. Ses cheveux, auparavant d'un roux flamboyant, étaient aussi noirs. Même eux avaient brûlé sous les rayons du soleil.

 

Harry fit demi tour et s'éloigna un peu avant de vomir. Quentin fixa le corps sans émotions. Il jeta un coup d'œil à Harry et soupira. Il s'approcha de lui et passa ses mains dans son dos.

 

Harry se dégagea.

 

"- Harry."

 

Harry frissonna.

 

"- Harry."

 

"- Quoi ?" demanda-t-il froidement.

 

Quentin soupira.

 

"- Harry, tu devais comprendre que tous ne peuvent être transformés en vampires. Pas tous peuvent être sauvés."

 

Harry ne bougea toujours pas et Quentin continua son explication.

 

"- Le sang les fait perdre la raison s'ils sont faibles. Nous n'ajoutons que dix vampires au Refuge par an, et nous en perdons presque le même nombre la même année. La possibilité de devenir vampire est très rare."

 

Harry trembla, mais ne dit rien.

 

"- Harry, tu devais l'apprendre."

 

"- Pas de cette manière !"

 

"- Cela te permettra ne pas l'oublier."

 

"- Félicitation, tu as réussi," fit Harry amèrement.

 

"- Tu sauras quand tu peux transformer ta victime. Cependant, même là il ne faut pas toujours le faire."

 

"- Tu me fais la leçon, maintenant !" fit Harry, regardant du coin de l'œil le corps de la fille, du dégoût sur le visage.

 

"- Oui ! Harry, tu devais apprendre cela si tu veux survivre."

 

"- Pourquoi l'as-tu fait ? Pourquoi est ce que tu m'as transformé ? !"

 

"- Car tu es l'humain le plus puissant que j'ai déjà rencontré. Tu peux être très utile pour gagner la guerre !"

 

"- Je ne suis qu'un pion pour toi !"

 

"- Non ! Tu es aussi mon enfant ! Je m'inquiète pour toi, Harry."

 

"- Tu ne t'inquiètes pas pour moi ! Ni pour elle d'ailleurs ! Ce que j'ai retenu est de ne pas te faire confiance !"

 

Harry se leva sur ses jambes, mais vacilla de nouveau. Quentin s'avança pour le soutenir.

 

"- Ne me touche pas !" cria-t-il, se dégageant vivement.

 

Il s'éloigna vers le souterrain.

 

 

Quentin soupira. Il s'approcha du corps par terre et s'accroupit.

 

"- Ma petite folle, ma toute petite fille," fit-il en caressant son visage brûlé. "Je suis tellement désolé."

 

Il releva son corps et commença à marcher. Si son corps restait là, les loups-garous sentiraient le souterrain. Cela mettrait son fils en danger. Son innocent petit enfant.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

 

Harry était couché sur son lit, fixant le mur sans ciller. Encore et encore son cerveau retournait l'information que lui avait donné Quentin, ce que Quentin avait fait. Est-ce que les temps ont tellement changé que la mort d'une enfant ne signifiait rien ? Il avait dit qu'il avait su que la fillette ne pouvait être transformée. S'il le savait, n'aurait-il pas pu trouver quelqu'un d'autre ? Pour que la fille ne meure pas ? Cela paressait stupide de tuer la progéniture de votre nourriture. Les yeux de Harry se refermèrent sur cette pensée et il trembla de nouveau. Si l'on tue les enfants, comment pourront-ils se multiplier ? La source de nourriture va un jour se tarir.

 

Quentin avait dit que le don pour devenir un vampire était rare. Rare comment ? Un sur cent ? Un sur mille ? Et pourquoi lui ? Il y avait d'autres, plus puissants que lui. Sûrement que Quentin se trompait. Les personnes magiques du passé semblaient plus puissantes que ceux de son présent : Merlin, les Fondateurs et les autres. Il n'y avait pas quelqu'un que Quentin aurait rencontré qui serai plus puissant que lui ? Quentin avait sans doute rencontré des sorciers. Il avait dit que les vampires avaient des "rencontres" avec le peuple magique

 

Etaient les vampires diaboliques ? Ils buvaient le sang des humains, mais cela les faisait-il diabolique ? Pourquoi les vampires étaient en guerre avec tout le monde ? Les humains, les loups-garous et les sorciers. Y avait-il des gens avec lesquels ils ne luttaient pas ?

 

Et les loups-garous. Quentin réagissait comme s'ils avaient plus de contrôle sur soi que Remus en avait. Est-ce que quelque chose s'était passé qui ait fait mourir les vampires et aurait altéré la nature des loups-garous, faisant de leurs transformations un cauchemar ?

 

Il avait besoin de trouver un sorcier ou une sorcière à qui il pourrait parler. Il avait besoin que l'on lui aide rentrer chez lui. Mais pour cela, il devait attendre sa période de marche dans la lumière. Et pour y arriver, il devait apprendre tout ce que Quentin lui avait à offrir.

 

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Harry allait chasser presque chaque nuit avec Quentin. Chaque fois, il revenait pour se plonger dans les profondeurs du sous terrain, là où coulait une rivière pour se laver le sang qu'il avait sur lui et pour vomir. Il ne pouvait arrêter le diaporama des visages dans sa tête, des visages de ceux qu'il avait tué. Ils venaient à lui dans son sommeil ou lui tombaient dessus quand il était distrait. Quand sa liste meurtrière atteignit le nombre de cent victimes, Harry réalisa qu'il devait faire quelque chose, sinon il allait devenir fou de culpabilité.

 

"- Que puis-je faire pour les faire partir ?"

 

Quentin fixa pensivement Harry pendant un moment.

 

"- Tu dois accepter ce que tu es."

 

"- J'ai accepté. Je suis un putain de buveur de sang ! Qu'elle autre acceptance me faut-il ? !"

 

Quentin ne fit que secouer la tête.

 

"- Tu sais ce que tu es, mais tu ne l'as pas accepté. Quand tu auras accepté d'être ce que tu es, seulement là ta culpabilité cessera. Mais jusqu'à là, tu verras leurs visages chaque fois que tu t'endormiras. Tu les verras à chaque moment bizarre de la journée. Et ils ne te laisseront jamais seul jusqu'au moment où tu accepte le fait que ce qui se passe doit se passer."

 

Harry fixa Quentin.

 

"- Ce qui se passe ne devrait pas se passer."

 

"- Et ceci est ton problème. Tu pense encore à ce qui aurait du être. Accepte que tu ne pourras plus rien changer et la culpabilité s'apaisera. Ils ne vont plus de hanter."

 

Quentin s'assit et posa ses coudes sur ses genoux, refermant ses mains l'une sur l'autre devant lui.

 

"- Harry, au moment où tu arriveras à tes Années-à-la-Lumière-du-Jour, tu auras probablement tué près de 36 mille personnes. Tu es vampire. C'est ton destin. Accepte le et vie."

 

Harry sentit son âme refroidir. 36 mille personnes. Et ce n'était qu'une estimation. Une grossière estimation, mais très proche de la vérité. 36 mille. 36 mille !

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

La première chose qu'il fit, fut d'arrêter de compter. Il avait une légère estimation de combien il avait tué, mais il ne pouvait savoir le nombre exact. Plus le nombre augmentait, plus les visages se mélangeaient. C'était ça la survie. C'est ce qu'il devait faire pour vivre. Pour rentrer à la maison. Pour empêcher Voldemort tuer ses amis, les gens qu'il considérait comme de la famille. Il devait survivre pour eux si ce n'était pour soi.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

"- Harry ! Aller, nous sommes presque arrivés !"

 

"- Bien !"

 

Harry bougea son poléarme pour qu'elle ne s'accroche pas à des branches et jeta un coup d'œil à Quentin. Il lui sourit avant de continuer à avancer. C'était plus facile pour Quentin d'avancer, puisque son arme à lui se collait à son dos et automatiquement se cachait de tout obstacle. Une poléarme est très longue et puisque l'on ne la transportait pas dans les mains, elle avait tendance de s'accrocher partout. Mais Harry l'adorait. C'était son arme favorite. Son autre spécialité était le bâton et deux poignards. Ses deux poignards favoris étaient attachés à chaque cuisse et il utilisait son bâton comme aide pour la marche. Sa baguette était cachée dans sa botte droite.

 

Ils étaient partis des souterrains pour rejoindre le Refuge. Quentin avait dit à Harry d’amener ses armes avec lui, car il n’allait probablement pas revenir dans les souterrains avant longtemps. Quentin avait sa hache attachée à son dos, son épée à sa taille, et son sac avec des flèches sur son épaule. Il tenait son arc dans sa main droite.

 

Les deux hommes transportaient aussi de petits sacs avec de vêtements de rechange. Le sac de Harry contenait aussi ses journaux intimes. Il avait jeté sur son sac un charme d’allégement, ainsi que de durabilité pour faciliter le transport et s’assurer que le sac ne se casse pas sous son propre poids. Il avait commencé à tenir un journal intime quelques jours après son entrée dans sa Transition. Ecrire tout sur du papier lui aidait de diminuer sa douleur. Même après qu’il avait accepté ce qu’il était, il continuait à y écrire sa vie.

 

"- Harry," fit Quentin avec un sourire caché dans la voix, mais aussi sur son visage. "Es-tu prêt de le voir ?"

 

"- Oui," fit Harry sans pouvoir arrêter un sourire fleurir sur son visage.

 

"- Alors passe par-là," fit Quentin en montrant de la main des buissons qui s'étendaient devant eux.

 

Harry s'y engagea et les dépassa.

 

"- Oh. Mon. Dieu."

 

Le Refuge n'était en rien ce qu'il s'était imaginé. C'était une ville bâtie dans la forêt. Du haut des plus grands arbres, au plus profond des souterrains. Les bâtiments ont été construits en cercle dans les arbres (vraiment dedans) autour d'une clairière. Dans la clairière il y avait des vampires qui se bagarraient, s'entraînaient, riaient et jouaient. Des lampes torches éclairaient bien l'espace pour y voir comme s'il faisait jour. Il y avait une entrée, qui, d'après lui, menaient dans les sous-sols. Pour les plus jeunes, ceux qui ne pouvaient encore vivre à la surface tout le temps.

 

"- Comment ?"

 

"- Les elfes nous ont aidé. Ils nous ont appris comment se cacher dans la forêt, y bâtir, et vivre avec en harmonie."

 

"- Les elfes ?"

 

"- Oui. Tu en verras sans doute quelques-uns uns cette nuit. Le Rector Lamia avant moi, Elaine, s'entendait très bien avec eux. C'est quelque chose que j'essai de maintenir. Nous avons besoin des amis; nous ne pouvons affronter tout le monde à la fois," fit Quentin avant de reprendre le chemin qui menait vers les bâtiments.

 

 

Il jeta un coup d'œil en arrière, vers Harry.

 

"- d'un autre coté, le sang d'elfes est déguelasse," rajouta-t-il et Harry rit. "Allons-y, il y a de nombreuses personnes qui veulent te rencontrer."

 

"- est-ce que les elfes viennent ici souvent?" demanda Harry tandis qu'ils arrivaient à la clairière. "Tu ne l'as pas précisé."

 

"- Oh. Oui, souvent. Ils ont toujours été très tolérants envers les vampires pour je ne sais quelle raison. Ils ne se mêlent presque jamais aux humains ou sorciers, cependant; je n'ai jamais demandé pourquoi. Bref, après qu'Elaine a pris le pouvoir, la tolérance s'est transformé en affection pour quelque raison. Je ne sais pas ce qu'elle leur ait dit, ou fait pour eux, mais elle les avait attiré. Maintenant, c'est rare de ne pas voir un d'eux visiter le Refuge.

 

"- Quentin!" cria quelqu'un.

 

Quentin et Harry levèrent les yeux et virent une haute silhouette courir vers eux. C'était une femme avec de long cheveux noirs. Elle portait un pantalon d'une couleur sombre et une veste de la même couleur. Sa peau était bronzée et semblait briller sous le soleil. Elle dérapa pour s'arrêter devant eux. Ses yeux étaient aussi noirs que ses cheveux. Elle passa une main dans les cheveux pour ramener en arrière des mèches qui tombaient sur son visage et révéla des oreilles légèrement pointues. Harry ouvrit grand les yeux sous la surprise. Il n'aurait jamais cru que Quentin parlait de ce genre d'elfe. Harry ne savait même pas que ce genre d'elfes existait... nulle part. il pensait que Quentin parlait des elfes de maison.

 

"- Bonjour Rector Lamia," fit l'elfe faisant un grand sourire à Quentin. "Et cela doit être ton fils, Harry."

 

"- Oui, c'est Harry," fit Quentin fièrement.

 

"- J'ai entendu beaucoup à propos de toi," fit l'elfe."Tu es exactement comment je t'imaginais."

 

Harry rougit.

 

L'elfe gloussa.

 

"- Je m'appelle Illiona, la fille de Lord Aliras."

 

Harry jeta un coup d'œil vers Quentin, qui lui sourit.

 

"- Son père est le chef des elfes qui vivent dans la forêt."

 

"- Oh," fit Harry, puis sourit à Illiona. "Bonjour."

 

Illiona gloussa de nouveau.

 

"- Je l'aime déjà, Quentin. Et je sais que tu te le gardais pour déjà un petit moment, n'est ce pas ?" fit-elle et ses yeux se rétrécirent. "Je peux voir pourquoi."

 

Harry fronça les sourcils. L'elfe est devenu extrêmement sérieuse, et après son désinvolture d'il y a quelque minutes, cela ne devait être un bon signe.

 

"- tu savais, je suppose ?" appuya Illiona.

 

"- oui," répondit Quentin.

 

"- Quel age a-t-il ?"

 

"- Dix-sept."

 

Illiona jeta un regard surpris à Quentin qui fit tout de suite caché.

 

"- Hmm," fit-elle et son air sérieux c'était évanoui aussi vite qu'il était arrivé. "Je vous laisse alors. Tu a beaucoup de gens à rencontrer. A la prochaine."

 

Et l'elfe avait disparut avant que l'un des deux hommes ne puisse répondre.

 

Quand Quentin bougea de nouveau, Harry l'arrêta.

 

"- C'était quoi ça ?"

 

Quentin eut une grimace.

 

"- Pas ici. Je te le dirais plus tard."

 

Harry se renfrogna mais relâcha le bras de son Sire.

 

"- je l'espère bien. Je n'aime pas avoir le sentiment que l'on me cache des choses."

 

Quentin le fixa un moment avant de reprendre sa route vers les autres.

 

Harry fit connaissance avec une telle multitude de gens qu'il sentait à la fin comme si sa tête allait exploser. C'était bizarre, peut être parce qu'il y avait beaucoup de vampires en Transition dans le Refuge, près de 80%. Les autres 10% était encore dans le stade de naissance, et de ceux qui restaient, ceux qui sont passé à leur stade de Marche dans la lumière, seulement deux avaient plus de 200 ans.

 

*-Je pensais que nous étions immortels tant que nous continuons à nous nourrir,* fit Harry mentalement à Quentin. *Pourquoi tout le monde est si jeune ?*

 

*- Les batailles avec les loups-garous apportent des pertes des deux cotés. Au moment où d'autres vampires atteignent leur Années-à-la-Lumière-du-Jour, une autre bataille prend lieu et nous subissons d'autres pertes. Ces batailles ne dérangent pas vraiment le train-train des loups-garous, des sorciers ou des humains,* fit Quentin. *Alors que nous... Il n'y a pas eu de vampires qui ont atteint l'age de 300 ans depuis un millénaire.*

 

*- Ne pouvons nous pas faire quelque chose contre cela?*

 

*- La seule chose qu'on peut faire, c'est d'entraîner les enfants de faire mieux que leurs Sires. Nous devons arrêter la guerre si nous voulons un jour s'agrandir. Notre nombre ne va pas au-delà de 500 personnes,* fit Quentin, puis s'arrêta avant de décider qu'il pouvait continuer. * Aussi, des vampires qui ont atteint leurs Années-à-la-Lumière-du-Jour partent du Refuge et voyagent dans les pays étrangers. Certains reviennent, d'autres pas... ceux-là se laissent mourir pour la plus par du temps. Il y a trois vampires en ce moment qui sont hors du Refuge.*

 

*- tu es parti du Refuge une fois, non ?*

 

*- j'étais parti pour onze ans.*

 

*- Pourquoi es-tu revenu ?*

 

*- Je voulais revenir à la maison,* sourit Quentin. *C'est aussi simple que ça.*

 

Harry lui sourit en retour.

 

"- Pourquoi n'irais-tu pas avec les autres jeunes ? Tu pourras apprécier de communiquer avec des personnes de ton age," dit Quentin a voix haute.

 

Harry acquiesça légèrement.

 

"- Ok."

 

Harry erra parmi les autres vampires et les observa interagir. Il ne comprenait pas tout a fait pourquoi Quentin l'avait élevé à l'écart du Refuge. Les autres étaient tous ramenés au Refuge et élevés ensemble. Ils passaient leurs stages de Naissance et de Transition ensemble. Au moment où ils arrivaient au stage de marche dans la lumière, ils se connaissaient autant bien en apparence que sous. Ils pouvaient prédire ce que l'autre fera dans telle ou telle situation. Ils étaient très proche les uns avec les autres. Harry se sentit un peu jaloux. Ron et Hermione lui manquaient. Hogwarts lui manquaient. Son chez-lui lui manquait.

 

"- Hey!"

 

Harry leva ses yeux vers la voix qui avait parlé.

 

"- Tu veux t'entraîner?"

 

Harry étudia l'autre vampire qui avait une stature musclée. L'homme avait à peu près 27 ans, mais il semblait plus jeune. Harry haussa les épaules.

 

"- Pourquoi pas."

 

"- Alors viens dans le cercle."

 

Harry fit un pas vers le cercle.

 

"- L'arme?"

 

L'homme eut un sourire en coin.

 

"- Je suis bon avec toutes. A toi de choisir."

 

Harry pencha légèrement sa tête sur le coté. L'homme était très fort, ou très stupide. Laissez l'adversaire choisir son arme?

 

"- D'accord. Attends une minute, je vais chercher la mienne."

 

"- Prend tout ton temps, kid."

 

Harry et Quentin avaient emmené leurs affaires dans les quartiers de Quentin, qui était à la base d'un des arbres. Harry avait gardé ses poignards, mais il avait laissé son sac, son bâton et son poléarme là. Avait déjà rangé ses affaires à lui.

 

Harry ramassa son poléarme et revient vers les autres. L'homme se tenait non loin du groupe principal et parlait avec un vampire qui semblait un peu plus jeune que lui. Quand il vit Harry, il rit.

 

"- Kid, une grande arme ne va pas t'aider si tu ne sais pas t'en servir."

 

Il s'avança vers une des tables près du cercle et prit lui aussi une des poléarmes.

 

Harry ne prit pas la peine de répondre. Il était un peu nerveux, car ce serait sa première bagarre contre quelqu'un d'autre que Quentin. Il avait battu Quentin chaque fois qu'ils se battaient avec des poléarmes, et il savait qu'il était fort, c'était juste... qu'il ne voulait pas faire honte ni a soi même ni a Quentin. D'habitude il tenait le coté droit du poléarme haut et abaissait le côté gauche, c'était ça façon de se battre, il se sentait bien comme ça...

 

Il mit l'arme devant lui, en attendant.

 

L'homme attaqua le premier.

 

Harry réagit rapidement. Il leva le côté bas de son poléarme, bloquant ainsi la lame menaçante et la dirigea vers l'homme. Celui ci se recula et ramena vers lui son poléarme pour éviter que la lame de Harry ne le découpe en deux.

 

Harry fronça les sourcils. L'homme n'était pas aussi bon qu'il prétendait être. Cela rendait les choses un peu plus dangereuses. Il était très stupide de la part de l'homme d'accepter s'il ne maîtrisait pas l'arme à deux lames très bien. L'homme pouvait aussi bien se blesser lui même que de blesser Harry. Il devait finir le combat aussi vite que possible pour éviter tout dommage des deux cotés.

 

Il bougea les lames en un demi cercle fluide et puissant, touchant fort l'arme de son adversaire. L'homme prit appui sur ses pieds et se battit pour garder l'arme. Harry abaissa la lame et se tourna, faisant un autre demis cercle avec son arme, levant par la même occasion le coté gauche et frappant. La lame levée s'écrasa au centre de l'arme de l'adversaire, juste entre les mains de l'homme. L'homme ne question eut un glapissement de surprise en laissant tomber la poléarme. Harry baissa le coté gauche de l'arme en direction de la tête de l'homme et s'arrête qu'à quelque centimètres de son cou.

 

Harry pouvait sentir l'homme retenir sa respiration. Il fronça les sourcils. L'homme pensait que Harry allait le tuer. Les yeux de Harry s'élargirent un peu de surprise tandis qu'il faisait un pas en arrière, laissant l'arme se reposer en la tenant de sa manière favorite: dans la main droite qu'il tenait un peu derrière son corps avec le bout de la lame droite qui touchait parterre et le coté gauche vers sa tête à lui.

 

Ce n'est que là que Harry remarqua le silence. Ceux qui les entouraient ne parlaient pas et le fixaient. Harry était stupéfait. Qu'est ce qu'il avait encore fait?

 

"- Quoi?" demanda-t-il.

 

"- Comment tu l'as fait?" demanda quelqu'un.

 

"- Fait quoi?" demanda de nouveau harry.

 

"- Fait quoi?" répéta l'homme qui avait combattu contre harry. "Comment arrives-tu à utiliser la poléarme comme ça? Je n'ai jamais vu personne l'utiliser comme ça. Comme si elle ne pesait qu'une plume."

 

Les autres eurent des chuchotements qui montraient clairement leur accord. Harry fronça les sourcils de nouveau. C'est vrai que quand il avait commencé à utiliser l'arme, il avait jeté un sort d'allègement, mais depuis, il avait commencé de baisser d'intensité du sort, augmentant ainsi sa force. Maintenant, les sorts d'allègement étaient oubliés depuis longtemps. Maintenant l'arme n'était plus du tout lourde pour lui.

 

"- Puis je voir ton arme ?" demanda l'homme.

 

Harry lui jeta un coup d'œil sur son arme, puis regarda l'homme de nouveau. Il acquiesça lentement et avança son arme devant lui, la tenant à l'horizontale devant l'autre. L'homme la prit et l'essaya, jugeant son poids.

 

"- Elle est comme les autres, pas moins lourde," fit l'homme en la lui rendant. "Quel âge as-tu ?"

 

"- En tout ou juste en Transition ?" demanda-t-il.

 

"- Les deux."

 

"- Physiquement j'ai 15 ans, en transition j'ai 17, donc totalement j'ai 36."

 

"- tu ne reste pas moins un enfant," soupira l'homme. "J'ai 22 en transition et 53 en tout."

 

L'homme secoua sa tête.

 

"- Tu es très doué, kid."

 

Ce fut le tour de Harry à secouer sa tête.

 

"- Appelle-moi Harry, pas 'kid', s'il te plait, et de plus, j'ai encore une infinité de choses à apprendre."

 

"- Je suis Jason, et ce fut un honneur de me battre contre toi, Harry. Nous devrions recommencer un de ces jours, je sens que tu as des trucs à m'apprendre."

 

"- Je ne suis pas professeur," protesta Harry.

 

Jason rit.

 

"- Tu te fixe de très hautes limites : tu te crois pas connaître assez pour être doué, ni pour enseigner. Mais cela ne change rien, je crois que je vais traîner un peu par-là pour voir ce qu'adviendra de toi."

 

Plus tard, quand l'aurore commençait à se lever, Harry et les autres descendirent dans les quartiers souterrains. Quentin lui montra sa nouvelle maison après un petit détour par celle de Quentin pour prendre ses affaires. Harry rangea ses armes et son sac et se changea avant de tomber sur le lit, mort de fatigue.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Harry se réveilla rapidement et sans effort. Avec ses yeux encore fermés, il 'sentit' la pièce autour de lui. Quand il était sur qu'il n'y avait rien qui pouvait le surprendre, il ouvrit les yeux. Comme ses sens lui avaient dit, il était seul. Il se laissa à l'envie de s'étirer et sentit ses articulations craquer. Avec un soupir à peine audible, il roula sur les couvertures et se leva du lit. L'air froid lui amena la chair de poule et il s'habilla rapidement. Il vérifia que ses deux poignards étaient bien accrochés à leur place et quitta la pièce.

 

 

 

Il suivit le couloir vers la sortie et arriva dans la salle commune au-dessus des quartiers. Il y avait quelques personnes ce qui surprit un peu Harry. Les vampires n'avaient besoin que de quelque quatre heures de sommeil, et il avait lui-même dormi à peu près sept. Alors pourquoi il n'y avait pas plus de personnes debout ?

 

Il s'assit derrière l'une des tables à manger avec une assiette et un verre. Bien qu'il lui ne soit pas nécessaire de manger la nourriture normale, c'était une habitude qu'il ne voulait perdre et en plus, cela lui apportait de l'énergie supplémentaire. Il leva les yeux quand quelqu'un s'assit en face de lui.

 

"- Salut, Harry."

 

"- Illiona. Bonjour."

 

"- je vois que tu continue à manger de la nourriture normale malgré le fait que tu es rentré dans la transition. Une raison particulière? Où est ce que Quentin ne t'as pas dit que ce n'était pas nécessaire ?" fit l'elfe avec un air amusé.

 

"- Non, pas de raisons particulières," répondit Harry. "J'apprécie juste de la nourriture solide."

 

"- Tu n'aimes pas le sang?"

 

Harry secoua la tête légèrement.

 

"- Je n'ai pas dit cela. J'ai seulement dit que j'aime la nourriture. C'est dans la nature du vampire d'aimer et de vouloir le goût du sang. Cela ne peut être omis, même si quelqu'un le souhaite plus que tout."

 

"- est ce que tu le souhaite?"

 

Harry posa le verre d'eau qu'il avait dans sa main; ses doits touchant légèrement encore le verre.

 

"- A un moment donné c'était le cas. Et ce n'était qu'une idiotie. Puis j'ai fait comme les autres vampires, j'ai grandi."

 

"- Peut être que tu as laissé tombé trop tôt."

 

Les yeux de Harry se rétrécirent un peu.

 

"- Vraiment ? Sais tu quelque chose que je ne sais pas ?"

 

Illiona sourit doucement.

 

"- Bien sur. Mais je suis sure qu'il y a plus de choses que tu connais et que moi non."

 

La main de Harry se resserra sur son verre.

 

"- Oh ? Comme quoi ?"

 

"- Beaucoup de choses," répéta-t-elle, puis se leva." Je repars à Raveya, la cité des elfes. A la prochaine Harry."

 

"- A la prochaine," répondit Harry.

 

Et elle s'en alla vers le tunnel qui menait à la surface, puis, juste au moment où elle allait sortir, elle s'arrêta et se retourna.

 

"- Harry ? Est-ce que tu as un Nom ? Quentin ne me l'a jamais dit."

 

"- Quentin ne le sait pas."

 

Illiona sourit.

 

"- Garde tes secrets pour toi alors," fit-elle avant de reprendre son chemin. "Pour l'instant."

 

Harry fronça les sourcils. Combien la femme elfe peut-elle connaître ? Et que peut-elle faire avec ce qu'elle sait ?

 

Harry ne fut pas laissé seul pour longtemps. Jason et quelques autres de ses amis étaient finalement remontés des quartiers souterrains et l'avaient invité pour venir jouer avec eux. Apparemment, Jason avait décidé que Harry était quelqu'un avec qui c'était très intéressant de traîner, et comme il était le leader d'un des groupes du Refuge, Harry était devenu membre du groupe. Il était alors resté avec les autres enfants presque toute la journée avant que Quentin ne vienne le chercher. Lui et Harry descendirent alors dans la chambre de ce dernier pour parler en privé.

 

"- Tu voulais savoir de ce que Illiona et moi parlions."

 

"- oui."

 

"- La première chose que tu dois comprendre est quelque chose à propos de moi et des autres vampires," fit Quentin et s'arrêta pour remettre ses pensées en place. "J'avais le potentiel de devenir un sorcier, et à cause de cela, j'ai la possibilité de sentir la puissance – magie - des autres. Je sais que tu es très fort, Harry. Après quelques secondes en ta présence je pouvais aussi dire que tu était entraîné pour utiliser ta magie. Je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi jeune si puissant! Avec un tel entraînement! Je savais qu'étant si jeune, tu avais un potentiel de nous joindre."

 

Quentin semblait avoir du mal.

 

"- Cela est ce que je voulais... mais quand tu a parlé... j'ai compris que je devais agir vite. Je ne pouvais prendre le risque que tu m'attaque."

 

"- Tu m'as mordu parce que tu savais que j'étais sorcier ?"

 

"- Ce n'est pas si simple. C'était car tu avais été entraîné et que tu pouvais encore être transformé en vampire."

 

"- Les sorciers ne peuvent être transformés ?"

 

Quentin secoua sa tête.

 

"- Non. Ils ne peuvent pas l'être. Un sorcier adulte qui a déjà terminé son traînement est tellement en phase avec sa magie que pour causer une mort volontairement est très contraignant. Ils n'aiment pas blesser les autres car cela endommage leur magie."

 

"- Ma magie est plus faible ?" chuchota Harry. "N'as tu pas pensé ce que tu me faisait? J'ai besoin de ma magie!"

 

"- c'est exactement ça! Harry! Justement, ta magie se renforce! Je ne comprends pas ça. Je pensais qu'en te demandant de nous joindre ta magie ne fera qu'un peu baisser. J'avais peur, après t'avoir mordu, que tu ne perdes à cause de cela toute ta magie. Après tout, tu n'as jamais refait des sortilèges. Puis un jour quand tu t'entraînais, j'ai senti une poussée de magie de la salle d'entraînement. J'ai alors réalisé que ta magie était toujours avec toi! J'étais si soulagé! J'avais eu peur de t'avoir blessé. Mais en rentrant ensuite dans la salle j'ai eu une autre surprise. Harry, ta magie est restée pure! Là, elle devrait être noire et inutilisable. Mais elle est restée pure et continue à se renforcer. Illiona l'a confirmé. Et ta force ne cesse de augmenter!"

 

"- Je ne comprends pas. Qu'est ce que tu es en train de dire? Les sorciers ne peuvent pas devenir vampires car ils ne peuvent pas blesser les gens. Et tu oublie des Mages Noirs? Et les sortilèges mortels? Les sorciers peuvent tuer aussi facilement que les vampires et gardent toujours leur magie."

 

"- Que sont les Mages Noirs ?" demanda Quentin lentement.

 

Harry eut un froncement de sourcils.

 

"- Tu n'as jamais entendu parler de Mages noirs ?"

 

"- Non."

 

Harry restait un moment sans bouger, choqué. Il vivait dans l'époque où les sorciers devenaient fous s'ils blessaient quelqu'un. Quand les mages noirs n'existaient pas et les sortilèges de mort non plus. Le monde sorciers était en paix. Harry secoua sa tête pour faire partir des pensées tristes.

 

"- Fais pas attention à moi."

 

Ce fut le tour de Quentin à froncer les sourcils.

 

"- Donc, ce que tu me dis, est que tu savais que j'étais un sorcier accompli, ou Presque, et que c'était un mauvaise chose?"

 

"- A l'origine, oui. Mais quand nous en avons parlé ensuite, nous avons été d'accord sur le fait de ne pas savoir pourquoi tu peux encore utiliser ta magie."

 

"- Et pourquoi est ce une mauvaise chose?"

 

"- Car quand des sorciers ont été mordus, ils étaient devenus fous de culpabilité. Quelque chose que j'avais peur que puisse t'arriver. Je savais que tu vomissais chaque soir après la chasse les quelque premiers mois. C'est ce dont Illiona avait peur. C'est pourquoi elle t'a demandé ton age."

 

Harry garda le silence un moment.

 

"- Qu'est ce que tu voulais me dire à propos des autres vampires?"

 

"- Oh, d'accord. Je ne suis pas le seul qui avait le potentiel pour devenir un sorcier. Il y a quelque d'autres dans le Refuge. Ils peuvent savoir que tu as le pouvoir, mais pas que tu étais entraîné. Le reste ne pourra certainement pas dire que tu es sorcier, mais serons inévitablement attiré vers toi. Ne sois pas surpris si tu te fais beaucoup d'amis très vite. Ils te serons très utile un jour. Et si ce jour tu deviens Rector Lamia. Ce sera très bien si tu ais des suivants."

 

"- Je ne veux pas devenir Rector Lamia," répliqua Harry un peu choqué.

 

"- Peut être maintenant tu ne le veux pas. Mais, un jour, je pense que tu pourras devenir un grand leader de vampires. Ce sera un jour glorieux, mon fils. Dommage que je ne puisse y être pour te voir."

 

"- Quentin..."

 

"- Calme-toi, Harry. Je ne compte pas mourir avant longtemps. Tu pourras encore passer quelques années avec moi avant que je ne meure dans un soulèvement. Ou dans une bataille avec les loups-garous," fit Quentin puis se leva et fit quelque pas dans la pièce vers la sortie. "Ou dans la chasse."

 

Harry écouta la voix de Quentin disparaître dans les couloirs en énumérant toutes les façons dont il pouvait mourir. Quentin semblait ne pas se soucier de sa mort, ou l'accepter très facilement.

 

Harry soupira et se jeta sur son lit. Il entrelaça ses doits et les mit derrière sa tête. Il fixa le plafond comme s'il pouvait lui aider à répondre à toutes ses questions.

 

Il savait pourquoi sa magie n'avait pas changé. Il arrivait du futur où la magie et les mœurs n'étaient pas liés. S'ils l'étaient, Voldemort aurait été sans pouvoirs bien avant d'avoir tué les ses parents. Il se demandait ce qui avait changé permettant les sorciers devenir mauvais.

 

Il y avait une autre chose qui le troublait. Illiona disait que sa magie tait pure. Et qu'il était donc un sorcier blanc. Mais comment pouvait-il l'être encore avec la liste de victimes qu'il avait? Comment pouvait-il être autre chose que mauvais après autant de meurtres?

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

"- Que fait tu, child?"

 

Harry leva les yeux pour voir devant lui un vampire un peu plus âgé. Il baissa les yeux vers les parchemins sur ses genoux.

 

"- je garde une trace de ce que m'arrive."

 

"- Quelle langue utilise tu? Ce n'est pas l'un de ceux que le Rector Lamia nous a fait apprendre."

 

"- c'est mon langage maternel."

 

"- tu es une personne très privée. Je peux te comprendre. J'en suis aussi. Ceux qui se rassemblent s'assemblent, quelque fois. Continue à écrire, jeune homme. Je vais rester un peu avec toi."

 

Harry écrit encore un peu avant de faire une pause et regarder sur la femme vampire.

 

"- Si je peux demander, quel âge avez vous?"

 

Le vampire rit.

 

"- ne t'a-t-on pas dit de jamais demander l'age d'une femme?"

 

Harry sourit.

 

"- Si cela peut me pardonner, vous n'avez pas l'air d'avoir plus de trente ans."

 

"- Oh, tu me plais! J'étais transformé à l'age de 36 ans."

 

La femme lui sourit.

 

"- J'ai deux cent quatorze ans."

 

Harry eut un léger soupir.

 

"- j'envie ce que vous devez savoir."

 

"- A la recherche de connaissances?"

 

"- Oui. On peut dire cela."

 

"- Tu es différent des autres jeunes alors. Ils veulent tous le pouvoir. Même le Rector n'en est pas immunisé. Est ce que tu souhaites devenir Rector Lamia un jour, mon garçon?"

 

"- Non," répondit honnêtement Harry.

 

"- Je te crois. Malheureusement, les responsabilités ont tendance de tomber sur ceux qui n'en veulent pas. Ils ont aussi tendance à devenir des personnes très fortes. Je voudrais t'en préparer. Si tu vis assez longtemps, un jour, tu seras certainement confronté à ces responsabilités."

 

"- Vous n'êtes pas la première à ma le dire," répondit doucement Harry. "Cela me désole de voir que j'attire tellement d'attention."

 

"- je suis désolée pour toi. Je fus chanceuse que l'appel à diriger m'évita. J'ai bien peur que tu ne sois pas si chanceux."

 

Harry fut silencieux un moment.

 

"- pourquoi vous en faire pour moi?"

 

La femme le regarda un moment.

 

"- peut être car tu me rappelle mon ami quand il était jeune."

 

Elle fit une pause.

 

"- Tu peux m'appeler Lorna, jeune homme, et je vais essayer de t'enseigner ce que je sais."

 

Harry eut un clignement surpris de yeux.

 

"- Merci. Merci beaucoup."

 

Il avait déjà entendu parler des deux anciennes. Lorna était l'une des deux. Aluva était plus responsable mais n'avait pas la connaissance que Lorna possédait. Harry n'avait pas réalisé à laquelle des deux femmes il parlait.

 

"- Je suis Harry," se présenta-t-il.

 

Lorna rit.

 

"- je sais qui tu es, child. Quand tu sera grand je t'appellerais peut être par ton nom. Mais avant tu reste toujours l'un des jeunes pour moi.

 

Harry rougit.

 

"- Désolé."

 

Lorna sourit.

 

"- Il n'y a pas de quoi l'être. Continue à écrire, jeune homme. Je te parlerais plus tard de nouveau."

 

"- d'accord."

 

Lorna se leva et le laissa avec ses journaux. Harry la regarda partir. Il se demandait si Lorna l'aurait approché s'il n'était pas un sorcier. S'il avait été quelqu'un qui n'attirait pas les vampires vers lui. 'Il faut pas chercher à comprendre,' se renfrogna-t-il. Il devait apprendre tout ce qu'il pouvait de la vieille femme et lui être reconnaissant.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

{27 ans plus tard}

 

"- Harry! Raconte-nous une histoire!"

 

"- S'il te plait Harry!"

 

"- Une histoire à propos de la magie!"

 

"- S'il te plait!"

 

"- d'accord, d'accord!" sourit Harry. "Je vais vous raconter une histoire."

 

"- Tu racontes les meilleures histoires, Harry. Même mieux qu'Aluva."

 

Harry rougit.

 

"- La flatterie vous fait gagner une histoire en plus."

 

"- Ouais!"

 

Six enfants entre 6 et 10 entouraient le vampire de 44 ans. Il y avait 6 vampires nés et ils avaient le corps qui correspondait à leur âge. Harry était le plus aimé parmi les plus jeunes. Même des vampires un peu plus âgés préféraient venir le demander que d'aller voir l'un des vampires du dernier stade pour qu'ils lui montrent.

 

Il passait beaucoup de son temps à enseigner, et quand il arrivait de s'arracher des enfants, il traînait avec Jason et son gang ou était avec Lorna. La vampire de 241, la plus ancienne, était devenue une vrai recluse, parlant seulement à Harry et à Quentin. Harry était triste car il savait que Lorna voulait mourir. Son mari était mort il y a cent ans, et elle voulait aller le rejoindre. Harry savait qu'à la suivante bataille avec les loups-garous, elle allait se laisser mourir, en se battant, comme son ami l'a fait avant elle.

 

De son côté, Jason était devenu un ami très proche. Malgré le fait que Jason était plus vieux que lui, l'homme considérait Harry comme son supérieur. Les autres amis de Jason suivaient leur chef et respectaient Harry au-dessus des autres, sauf le Rector Lamia bien sur. Il réussit à avoir un fan club là où il en voulait pas.

 

Il n'avait vu Illiona depuis le matin de son arrivée au Refuge. Elle n'y est pas revenue du tout. Quentin est allé la voir à Raveya, mais n'avait pas pu déterminer pourquoi elle ne voulait pas venir. Ou du moins c'est ce qu'il a dit à Harry.

 

Ses relations avec Quentin avaient un peu dégradés depuis leur arrivé au Refuge. Il voyait rarement son Sire et il comprit assez vite que sa vie était très différente de ceux des autres vampires. Seuls les vampires nés étaient si proches de leurs parents. Ceux qui étaient transformés, ne restaient avec leurs Sires que les quelques années de naissance et deux ans dans la transition. Ensuite, ils rejoignaient les autres dans le Refuge. Cependant il essayait toujours de savoir s’il avait eu de la chance ou il avant été gâté.

 

Il y avait plusieurs émotions différentes en lui, mais pas du vide (*). De son côté, il avait de multiples raisons de ne pas commencer une relation avec quelqu’un. Le majeur argument, était comme pour les autres vampires : se lier en étant dans la transition était idiot. Ils n’étaient pas prêts à le faire. Et à l’exception de quelques vampires qui se sont liés avant leur dernier stade, mais même ceux là n'avaient pas moins de 90 ans.

 

Plus le temps passait, plus Harry se demandait s’il devait même essayer de rentrer à la maison. Et il se surprenait à repenser à propos de Voldemort. Même s’il n'était pas confortable, une fois de retour dans son temps, les gens qu’il aimait serons sain et sauf. Tout ce qu’il devait faire, était de survivre jusqu’à son dernier stade et ensuite aller à la recherche de Sorciers. Et là il pourra rentrer. Il ne lui restait à attendre que 56 ans.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

{9 années plus tard}

 

"- Il y a trop de bruit là," fit Harry assez fort pour se faire entendre par dessus le son de la musique. "Je vais prendre l'air."

 

"- Te perds pas," répondit Jason.

 

"- Je ne serais pas long," répliqua Harry avant de se détourner de la fête organisée à l'occasion 211 ans de Quentin.

 

 

Il sortit du Refuge et rentra dans la forêt. Il pouvait toujours voir la lueur des torches de la clairière. Il s'assit sur un tronc d'arbre abattu aussi loin du bruit que possible.

 

"-Font tellement de bruits. Certains n'ont aucun respect pour les autres."

 

Harry regarda autour de lui. Il n'y avait personne à côté de lui. Est-ce qu'il entendait des voix ?

 

"- Suis venue là pour s'éloigner des bruits que ces damnés loups-garous faisaient et suis tombée sur un autre vacarme, celui de ces damnés vampires. Qu'est ce qu'un serpent peut donner pour qu'on lui foute la paix ?"

 

Harry eut un clignement des yeux. Il baissa ses yeux au sol pour voir un serpent. Il vit sa tête sortir du tronc sur lequel il était assis. Il ne l'a même pas vu en s'asseyant.

 

"- Excuse-moi ? Es ce que tu as dit qu'il y avait des loups-garous non loin ?"

 

"- Qu'est ce que c'est?"

 

Le serpent sortit du tronc et se mit en boule, puis leva sa tête à la hauteur de Harry.

 

"- Tu as dit quelque chose?"

 

"- Oui. J'ai demandé si tu as vu des loups-garous par ici?"

 

"- Non, pas par ici. A un ou deux jours de marche d'ici. ils se rassemblaient pour une autres de ces batailles avec les vampires qu'il aiment tant."

 

Le serpent pencha de côté sa tête.

 

"- Hey, tu ne serais pas un vampire?"

 

"- Oui. Tu es sur qu'ils se rassemblent?"

 

"- Bien sur que je suis sure. Je ne dirais pas le contraire autrement, idiot."

 

"- est ce que cela te dérangerait de venir avec moi?"

 

"- Pourquoi faire?"

 

"- Nous n'avions aucune idée que les loups-garous se rassemblaient. J'aimerais que tu viennes avec moi pour dire ce que tu as vu," répondit Harry patiemment.

 

Le serpent leva sa tête d'un air fier.

 

"- Je suppose que je peux le faire."

 

"- ça te dérange si je te porte?"

 

"- non. En fait, je devrais être portée," fit-elle tandis que Harry se pencha pour la soulever. "Je pense que je devrais te désigner comme mon porteur attitré. Où est ce que je décide d'aller, tu devrais m'y porter."

 

Harry leva les yeux au ciel en marchant vers le Refuge.

 

 

"- Harry! Où est ce que tu as trouvé ce serpent? Et comment as tu réussi de l'attraper?" demanda un des jeunes vampires très excité.

 

"- Pas maintenant Lucius. Je te le dirais plus tard.

 

"- promis ?"

 

"- Promis," répondit Harry en se hâtant vers Quentin.

 

"- Leur lien télépathique s'est estompé quand il eut 20 ans, donc il ne pouvait rien lui dire sans que les autres ne l'entendent, sauf s'il le prenait à part.

 

"- Quentin, puis-je te parler?"

 

"- Harry! Tu dois rire? C'est une fête! Rolvin et certains autres ont attrapé quelques humains et les ont ramené, joins-toi à nous et calme-toi."

 

"- Sire, je dois vraiment vous parler."

 

"- D'accord, parle donc!"

 

"- En privé, sire."

 

"- Oh, Harry par de trucs sérieux, c'est mon anniversaire!"

 

"- Rector Lamia, c'est urgent."

 

Quentin fronça les sourcils. Harry ne l'as jamais apostrophé par son titre avant. Puis il remarqua le serpent sur son avant bras.

 

"- Bien," fit-il en suivant Harry dans un coin de la pièce. "Qu'est ce qui se passe?"

 

"- Sire, je suis un Fourchelang."

 

"- Un Quoi?"

 

Harry se sentit un peu blasé avant de laisser tomber, les différences temporelles n'avait pas importance là.

 

"- Ce qui veux dite que je comprends les serpents."

 

Quentin baissa les yeux vers le serpent sur son bras.

 

"- Oui," fit Harry. "ça veux dire que j'ai parlé à celui ci. Il a dit qu'il y a des loups-garous qui se ressemblent non loin d'ici."

 

"- Personne n'a sentit les loups-garous," répondit Quentin. "Je pense que tu as bu trop."

 

"- Combien de loups-garous as tu vu?"

 

"- Je n'ai pas compté !" protesta le serpent.

 

"- De vine !"

 

"- Trois cent à peu près ?"

 

Harry releva les yeux vers Quentin. L'homme le regardait un peu surpris.

 

"- Je pense que c'est moi qui ai trop bu là."

 

"- Quentin, il n'a pas compté, mais il pense qu'il à peu près 300 loups-garous là-bas."

 

"- Il n'est pas possible qu'ils approchent du Refuge sans qu'on les remarque."

 

"- Es-tu sur ?"

 

Quentin le fixa un moment.

 

"- Merde!"

 

Quentin s'approcha de Rolvin avec hâte. Il était l'un des amis les plus proches de Quentin, ainsi que son second. Quentin lui chuchota des instructions et Harry vit l'homme blanchir avant que l'homme ne s'éloigne pour disparaître dans la forêt.

 

Rolvin fut de retour une trentaine de minutes plus tard. Il répondit quelque chose à Quentin ce qui le fit pâlir encore plus que son ami. Quentin se retourna vers les autres vampires.

 

"- Tous les enfants dans les souterrains tout de suite !" cria-t-il. "Amenez tous les enfants dans les souterrains ! Tous les autres avec moi ! Les loups-garous attaquent !"

 

 

Harry descendit dans les souterrains avec les autres enfants. Tous les vampires qui étaient dans leurs première et deuxième stade devaient se cacher. La bataille peut se prolonger jusqu'au jour. Seuls qui pouvaient se battre étaient ceux qui avaient atteint leur troisième stade. Cela faisait deux cent douze sous la terre et trois cent et 7 à la surface. Les vampires venaient à peine de récupérer de la précédente attaque de loups-garous, ayant finalement plus de vampires dans le troisième stade que dans la transition. La bataille va de nouveau les abattre.

 

Harry se tenait près de la sortie du tunnel, armé de son poléarme. Puis qu'il était l'un des meilleurs combattants, il devait empêcher de passer les loups-garous qui seraient arrivé à entrer dans le Refuge pour tuer les enfants. Il avait laissé le serpent dans la chambre quand il est allé chercher son poléarme. Et maintenant il ne pouvait pas faire autre chose qu'attendre. Il y avait à ses cotés Jason et leurs amis: Olivia Waters, Thomas et Lara. Il avait aussi quelque autre enfants, un peu plus âgés qui étaient avec eux: Eric McGonagall, Alcoyne Malfoy et Peter.

 

"- est ce quel qu'un sait combien de loups-garous attaquent?" demanda Thomas.

 

"- Près de 300," répondit Harry.

 

"- Oh, dieux," murmura Olivia.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§!

 

"- ça fait combien ?" demanda Lara.

 

"- Huit heures, je pense," répondit Jason.

 

"- Que pensez vous se passe ?" demanda Thomas levant les yeux vers le plafond. "Pensez-vous que nous gagnons ?"

 

"- Qui sait," fit Peter doucement.

 

"- Vaut mieux," fit Eric. "Sinon, ils auront l'idée de descendre ici pour débarrasser le monde de tous les vampires !"

 

"- Il y dix vampires hors du Refuge," fit Alcoyne. "Donc même si nous mourons tous, les vampires survivront."

 

"- Je ne pense pas que nous allons mourir aujourd'hui," rétorqua Harry sèchement.

 

"- Pourquoi es-tu si sur ?" demanda Peter.

 

"- C'est juste que je le suis," fit Harry.

 

Le groupe plongea dans le silence jusque ce que Olivia ne crie. Olivia était la plus jeune de ceux qui gardaient le tunnel et elle fut la première à en sentir les effets. Harry étrangla son propre cri tandis que son estomac se tordait de faim. Il respira pour arrêter les gémissements qui tentaient d'échapper de ses lèvres. Le Rector Lamia était mort. Il n'y avait plus personne pour contrôler le Désir de Sang.

 

Harry grogna et leva sa baguette. Il jeta un sort de bouclier pour que ceux qui étaient derrière lui ne puissent sortir à la surface. Il tomba à genoux, entourant ses bras autour de son estomac. Il reposa son front sur le sol et se battit pour se calmer un peu. Il pouvait entendre au moins quatre de ses camarades se fracassent contre la barrière. Il pouvait entendre derrière lui des bruits de pas. Les enfants voulaient manger. Il se releva brusquement et jeta un autre sort de bouclier. Cette fois si pour que les enfants ne s'entre-tuent pas dans leur effort pour atteindre la surface. C'était possible que quelques-uns se fassent piétiner ou écraser. Quelqu'un à la surface devait prendre le rôle du Rector Lamia avant que les enfants ne s'entre-tuent.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Dix minutes passèrent, mais pour eux ce fut une éternité. Harry put sentir la brûlure dans son estomac se dissiper. Quiconque est devenu le Rector à la place de Quentin, il les sauvait en limitant leur Désir de Sang.

 

Parmi les bruits qu'il entendait autour de lui, il pouvait reconnaître les gémissements de ceux qui étaient avec lui et, un peu plus loin, les pleurs des plus jeunes. Il s'assit. Olivia, Lara, Peter et Thomas étaient par terre à côté de la barrière. Ils étaient ceux qui gémissaient. Il regarda autour de lui et vit Eric et Alcoyne se lever. Jason le regarda.

 

"- ça va Harry ?"

 

"- Je pense que oui, et toi ?"

 

"- Je pense que ça va."

 

Il se levèrent tous les deux lentement. Harry enleva la deuxième barrière et se dirigea vers les plus jeunes. Il avait eu raison. Les enfants qui étaient les plus près de la barrière avaient été piétinés. Il s'accroupit à côté de l'enfant le plus proche et sentit son pouls.

 

Du coin de l'oeil il vit Jason en faire de même avec un autre enfant.

 

Les vampires qui étaient à peu près en forme essayaient d'aider les plus jeunes : ceux qui avaient été les plus affectés pas la mort du Rector Lamia. Harry avait sa baguette dans sa main valide. Il jetait des sorts de guérison chaque fois qu'il le devait.

 

Il y en avait tellement. Certains guérissaient qu'avec un peu de salive, mais d'autres avait besoin de sorts. La salive de vampires a des propriétés de guérison assez étonnantes. C'est à se servir quand on veut garder son repas pour une utilisation ultérieure. La salive guérit la plus part des coupures, éraflures et pleurs en quelques secondes. Même si elle est utilisée dans des blessures un peu plus graves ou à elle seule elle ne sera pas utile, elle fait pencher la balance vers la vie.

 

Quand il pouvait à peine se tenir sur ses jambes, Harry s'éloigna des enfants et revint vers la sortie. Il enleva la barrière qui en interdisait l'entrée et cacha sa baguette. Il ne sentit même pas être tombé sur le sol, il était déjà évanoui.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Quand Harry se réveilla, il reconnut sa chambre. Il était allongé dans son lit. Il bougea et ses muscles protestèrent.

 

"- Arrête de bouger."

 

Harry arrêta. Il cligna des yeux, essayant de comprendre qui lui a parlé, et se rappela ce qui c'était passé. Son cœur lui fit mal. Quentin, son sire, était mort.

 

"- Depuis combien je suis là ?" demanda-t-il le serpent.

 

"- Je ne sais pas. Un jour ? C'est assez dur d'avoir un repère temporel sans le soleil."

 

"- Tu t'y habitueras," répondit Harry.

 

"- Harry ?"

 

Harry leva ses yeux pour voir Olivia Waters sur le pas de sa porte.

 

"- Olivia."

 

"- Harry, tu t'es réveillé."

 

Olivia rentra rapidement dans la pièce et s'agenouilla à côté de lui.

 

"- Nous étions si inquiets. Tu t'es évanoui. Tu as sauvé tellement d'enfants hier dans le tunnel. Les adultes qui restent te demandaient depuis la fin de la bataille.

 

"- Qu'est ce qui c'est passé ?"

 

"- Nous avons gagné, mais... nous avons perdu tellement de monde. Seulement 76 sont revenus. Les loups-garous en ont perdu le même nombre. Notre peuple doit de nouveau guérir cette plaie."

 

"- Qui est le Rector Lamia?"

 

Olivia baissa les yeux regarda ses mains. Elle hésita un moment.

 

"- Je suis désolée, Harry. C'est Michael Donavan."

 

Harry ferma les yeux.

 

"- Nous sommes perdus."

 

"- Harry, il est le Rector maintenant. Nous lui devons le respect."

 

"- Il nous guidera à notre perte," fit Harry en ouvrant les yeux. "Et Lorna ?"

 

Olivia secoua la tête.

 

"- Je suis désolée Harry."

 

Harry eut le souffle coupé.

 

"- J'ai perdu mon sire, mes mentors et mon confident en un jour."

 

"- Je ne sais pas quoi dire, Harry, pour soulager ta peine..."

 

"- Il n'y a rien à dire, Olivia. Tout comme il n'y a rien que je peux faire."

 

Il referma ses yeux en sentant des larmes les inonder.

 

"- Laisse-moi seul, s'il te plaît."

 

"- d'accord."

 

Harry se tourna vers le mur tandis que son amie sortait de la pièce. Il essaya de contenir ses larmes, mais en vain. Il sentit le serpent glisser à côté de lui, lui apportant un, quelque maigre qu'il soit, réconfort.

 

"- Allons, allons. Ne pleure pas. Tout ira bien. Tout ira bien, bientôt."

 

à suivre

 

--------------------

 

*je n’ai pas trop compris là, mais bon..