TITRE: The Art of Necromancy

Auteur: Artemis Luna Diana

Traductrice:satine01black

Rating: R

Pairing: Harry/Severus

Contexte: suite au 4 premiers tomes

Résumé: Harry revient à Hogwarts pour le reste de ses vacances d'été. Pour tromper son ennui il se réfugie à la bibliothèque et tombe sur un livre qui changera sa vie (ou plutôt le livre lui tombe dessus !!lol)...

Remarque: j'utilise de temps en temps des noms de personnages ou lieu originaux (quelques fois pas), alors pour ceux qui ne les connaissent pas je ferais un topo au début de chapitre sur chaque nom anglais qui sera employé.

Disclamer: Rien n'est à moi, sauf la traduction.

Attention!!!! Ceci est un SLASH !!!! Si vous n'aimez pas les slash ou ce pairing en particulier ... alors c'est le moment de s'arrêter!!!!

Noms et traduction:

* Hogwarts<=>Poudlard

* Portkey<=>Porteauloin

* Snape<=>Rogue

* Longbottom<=> Longdubas

* Draco Malfoy<=> Drago Malefoy

* Pomfrey<=>Pomfresh

* Wormtail<=>Quedvert

* Mad-Eye Moody<=>Maugrey Fol-Oeil

* St.Mungo's<=>St.Manguste

 

chapitre 12: les réactions.

 

Albus ouvrit la porte de la salle de travail de Snape, et eut une impression instantanée qu'il aurait dû frapper avant. Il essaya de cacher la scène des yeux de Sirius avec son corps, mais c'était trop tard. Il entendit le souffle coupé d'un Remus choqué. Il attendait avec crainte la réaction de Sirius.

***

Quelque part devant eux, Snape s'était débrouillé pour ouvrir partiellement les robes d'Harry, et ses mains étaient à l'intérieur sous le tee-shirt d'Harry, l'une caressait la peau de son dos et l'autre tenait son partenaire contre lui. Harry écrasait leurs lèvres dans un baiser enfiévré.

***

"-ENLEVE TES SALES PATTES DE MON FILLEUL!"

***

L'ambiance, tout comme le baiser, fut brutalement cassée. Snape avait brusquement enlevé les mains de dessous les robes d'Harry, mais il fut surpris qu'Harry ne bouge pas de ses genoux.

"- Ce n'est pas terminé, chuchota-t-il à l'oreille de Snape, avant de se lever lentement et de faire face à son parrain enragé. Bonjour, Sirius, Remus, Albus."

Snape était trop choqué pour dire quoi que ce soit.

***

La bouche de Sirius s'ouvrit sous le choc. Harry s'était levé, les robes ouvertes, le tee-shirt en même état que ses cheveux, les lèvres rouges, et il se comportais comme si rien ne s'était passé! Sirius ne resta pas sous le choc longtemps.

"-QU'EST CE QUE TU LUI A FAIT?" cria-t-il sur Snape.

Il ne se souciait ni d'Albus ni de Remus qui, ensemble, essayaient de le maîtriser.

"- Aller Sirius, cela se préparait depuis un certain temps. Tu a sûrement remarqué?" demanda Albus avec optimisme.

"-UN CERTAIN TEMPS! CELA SE PREPARAIT DEPUIS UN CERTAIN TEMPS!"

"- Je voulais dire que cela avait pris cette direction depuis un certain temps. Autant que je sache, c'est leur premier baiser," dit Albus pour se rattraper.

Il était peut être au courant de tout, mais quand une telle situation se présentait, il ne savait quoi dire.

"-PREMIER BAISER! VOUS LE DITES COMME S'ILS AVAIENT UNE RELATION! fit Sirius puis, après une pause qui ne laissa à personne le temps de s'exprimer, il continua. ET VOUS LE SAVIEZ! ET VOUS ETES D'ACCORD POUR QUE CELA CONTINUE!"

"- C'est mon choix, Sirius," dit Harry doucement.

"-J'Y CROIS PAS! IL T'A FAIT QUELQUE CHOSE, HARRY!"

"- La seule chose qu'il a fait, dit Harry lentement. Est de perdre une partie d'échecs."

Les trois nouveaux arrivant le regardèrent, confus. Harry fit un geste vers l'échiquier sur la table à côté de Snape.

"- J'ai choisi mon lot. Embrasser Severus est ce que je voulais. C'était mon choix."

Il jeta un coup d'il à Snape et eut un sourire narquois.

"- Et cela m'a pris plus d'un mois pour arriver aussi loin, fit-il et se tourna vers Sirius. Et si à cause de toi, je retourne à la case départ, je serais très mécontent."

"- Nous ne nous embrasserons plus," dit Snape d'un ton ferme jetant un regard noir sur Harry.

Le regard noir de Harry sur Sirius s'accentua un peu plus.

"-TU NE L'EMBRASSERA PLUS, CAR TU SERA MORT!"

"- Ce n'est pas le plus gros problème qu'on a," informa Albus.

"-QUOI?!"

"- Je suis Nécromancien."

Cela mit fin à toute dispute, et le silence choquant se forma.

"- Laissez-moi," fit Sirius doucement.

Albus se poussa, Remus l'ayant fait à l'annonce de Harry. Sirius se leva et quitta la pièce sans un regard en arrière. Remus hésita. Il ne savait s'il fallait mieux aller rattraper Sirius ou écouter l'histoire complète de Harry. Il soupira.

"- Raconte moi tout."

Harry regarda l'ami de son père. Il se sentait engourdi.

"- Bien," dit-il calmement, comme si rien ne s'était passé.

Cependant on voyait dans ses yeux qu'il était blessé et choqué.

***

{3 heures plus tard}

"- Sirius."

"- Si t'es venu me dire que mes sens m'ont trompés, tu peux garder ta salive," grogna Sirius.

"- Je sais que tu es en colère," commença Remus.

"- En plein dans le mile: je suis en colère! Il sort avec Snape et il est un Nécromancien! cria Sirius l'interrompant. Tu sais exactement ce que cela veux dire! Il n'était peut être pas diabolique avant, mais il l'est maintenant! Et Snape en est la preuve!"

"- Ce n'est pas ça," essaya de répondre Remus.

"- Je m'en fout quel mensonge il t'a dit! Je ne veux pas entendre parler de cette histoire!"

"- Il est ton filleul," dit Remus, espérant que cela pourrait calmer son meilleur ami.

"- Plus maintenant," répondit-il froidement et s'en alla de nouveau.

***

"- Harry, je suis désolé de ce qui s'est passé aujourd'hui."

"- Ce n'est pas de votre faute, Albus," répondit celui-ci regardant par la fenêtre sur laquelle il était assis.

"- J'aurais du lui dire quelque chose avant qu'il ne descende dans les donjons."

"- Vous ne pouviez savoir."

"- J'aurais dû."

"- Ce n'est pas votre faute. Si on devait chercher un fautif, ce serais moi, dit Harry avec un petit rire amer. Si je n'aurais pas embrassé Severus, Sirius aurait peut être écouté mon explication sur la Nécromancie."

Albus fut choqué.

"- Regrettes tu de l'avoir embrassé?" demanda-t-il avec précautions.

"- Vous savez que c'est une des, putaines de choses dans l'affaire 'Sirius', dit-il et fixa son regard sur celui d'Albus. Je ne regrette pas de l'avoir embrassé, pas le moins du monde. Je regrette ce qui c'est passé ensuite. Pas seulement à cause de Sirius, mais aussi car Severus ne voudras plus jamais entendre parler de moi."

Il regarda de nouveau par la fenêtre.

"- Je suis maudit. Je m'inquiète plus de Severus que de Sirius."

"- Harry, soupira Albus. J'ai vu la manière dont tu regardes Severus, quant il ne le remarque pas. Si je pensais que ce que tu ressent pour lui n'est qu'une amourette d'adolescent, jamais je ne t'encouragerais d'aller plus loin avec lui. J'ai toujours su que tu étais différent des autres adolescents. Tu comprends plus de choses sur toi-même et tu sais mieux ce que tu veux que la grande majorité d'adultes. Je sais que tu l'aimes. C'est normal que tu t'inquiète plus de la réaction de Severus que de Sirius."

"- Il me déteste, dit Harry d'une voix brisée."

"- Je ne peux pas dire que je sais tout, mais je sais au moins que Severus ne te déteste pas, dit Albus en souriant gentiment à Harry qui avait de nouveau tourné son regard vers lui. Il te trouve sans doute irritant des fois ..."

"- Tout le temps."

"-... mais je ne pense pas qu'il te déteste vraiment," continua Albus.

"- Même s'il ne me déteste pas, je ne pense pas qu'un jour il pourra me considérer comme un ami, et je ne vous parle pas d'aimer," fit Harry tristement.

"- Alors comment explique tu ce baiser? Tu ne l'as pas forcé."

"- Du désir, dit Harry baissant le regard sur ses mains. Si cela ne vous dérange pas, Albus, dit-il après un petit silence. Je ne voudrais pas continuer à m'apitoyer sur mon sort plus longtemps."

Albus soupira et se leva.

"- Si tu as besoin de parler tu sais où me trouver," dit-il et avant de partir lui mit sa main sur épaule et la serra en guise de réconfort.

"- Je donnerais tout pour avoir le pouvoir de guérir les curs brisés," dit Harry doucement dans la pièce vide.

***

"- Severus."

Snape le coupa avant qu'il ne puisse dire quelque chose d'autre.

"- Allez vous en Albus. Je ne veux pas vous parler."

"- Je suis venu juste pour te féliciter," dit Albus souriant.

"- Me féliciter? Pour quoi? Pour avoir vraiment réussit à contrarier Harry en le brouillant avec son parrain?"

"- Oh, c'est Harry, maintenant?" dit Albus ne pouvant résister à le remarquer.

Snape lui jeta un regard noir, mais Albus continua avant qu'il ne puisse répondre.

"- Non, je venais te féliciter avec ta relation avec notre jeune Nécromancien."

"- Il n'y a pas de relation," grogna Snape.

"- Mais, et le baiser?"

"- Du désir," siffla Snape.

"- Et bien, je connais beaucoup de relations qui ont commencé avec du désir, sourit Albus. Je m'attendais à ce que vous passiez à l'acte bientôt."

Snape laissa tomber la fiole qu'il tenait dans la main sous le choc.

"- Doux Merlin!"

Albus regarda la fiole cassée au sol.

"- Peut-être il serait mieux que tu arrêtes l'inventaire de tes potions si tu les fais tomber tandis que nous parlons."

Snape était sidéré. Non seulement Albus l'avait mentionné, mais il avait utilisé le mot 'acte'. Snape lui jeta un regard avec prudence. S'il dit 'se le faire'... Albus le regardait avec l'air d'attendre quelque chose.

"- Non, dit-il finalement. Je ne coucherais pas avec Potter."

"- Pourquoi pas? Tu es attiré par lui, il est attiré par toi? Quel est le problème?"

Incapable de répondre tout de suite, Snape attaqua.

"- Pourquoi vous essayez de me mettre avec lui? S'il est si génial, pourquoi ne vous le gardez vous pas!"

Snape fut tout de suite nargué avec une image mentale très perturbante et une jalousie maladive. Il ne vaudrait mieux pas qu'Albus essaye quelque chose avec son Harry! 'SON?' Snape tomba sur sa chaise.

Ayant une petite idée de ce qui se passait dans la tête de Snape, Albus décida qu'il était temps de laisser son ami à ses pensées. Il sortit de la pièce et retourna à son bureau. Il espérait que Remus aurait des bonnes nouvelles à lui annoncer; il était cependant satisfait que ni Harry ni Severus n'allaient laisser l'incident de la journée gâcher leur relation fleurissant,( avec un peu de l'aide), ou du moins il l'espérait.

***

à suivre