Titre: Salir


Auteur:
Batsutousai

Traductrice: satine01black

Disclamer: rien à part la traduction ne m'appartient.


Pairing: Harry/Tom(Voldemort)

Rating: R

Résumé: Harry est envoyé dans le passé par Voldemort avec un sort. Etant sensé le tuer, le sort lui sauves la vie et change le cour de son destin.


ATTENTION!!!:
cette fic est un slash.

Chapitre quatre - pas d'occasion pour dire au revoir.

' j'ai aucune idée de ce que je pourrais lui offrir.'

Salir fixait la rue principale de Hogsmeade. Lui et Tom, après avoir bien réfléchi, s'étaient mis d'accord pour s'offrir des cadeau de Noël. Salir, bien sur, avait aucune idée de ce qu'il pourrait offrir à son amant et qui pourrait être utile au futur seigneur des ténèbres.

'Quelque chose ... comme une arme. C'est peut être quelque chose que... Voldemort... pourra utiliser...'

Salir soupira, désespéré, et se dirigea, sans vraiment y croire, vers le magasin d'un vendeur d'armes du village.

"- Puis je vous aider, jeune homme?" demanda l'homme derrière le comptoir quand la porte se referma sur le client au cheveux noirs.

Salir secoua la tête.

"- Je ne fais que regarder pour l'instant," fit-il avant de s'engouffrer dans les rayons de différentes armes présentées dans le magasin.

Ses cheveux, restés longs comme l'avait demandé, ou plutôt ordonné, Tom, se prirent dans quelque chose et Salir se retourna pour les libérer, quant il le vit.

Une poignée verte avec une émeraude brillante dessus. Un fourreau en argent, avec des diamants et émeraudes incrustés.

Salir avait déjà vu le poignard avant. Voldemort s'en était servi pour lui faire une autre cicatrise en sixième année. C'était la cicatrise que Tom avait trouvé et suivi des doits avant leur séance de couchage et aussi avant qu'ils ne s'endorment.

"- Combien?" demanda Salir sentant les yeux du vendeur sur lui.

"- Mille galions."

Salir grimaça, mais sorti sa bourse. Il était content d'avoir décidé tenir sur soi quelque mille galions depuis l'attaque de Gringotts en sixième année. Dumbledore lui avait donné un peu d'argent, oui, mais c'était vraiment assez pour quelques bonbons.

L'argent changea de main, ainsi que le poignard. Salir le glissa dans sa poche et quitta le magasin avec un sourire. Il se dirigea vers l'école, ignorant totalement les magasins de bonbons et de farces.

'J'ai déjà l'idée pour la carte!'

 

"- Marché conclu!"

"- Avec quoi?"

la boite fine glissa dans la poche de Salir tandis qu'il se retourna pour sourire innocemment à Dumbledore.

"- Rien qui ne requière votre attention, monsieur. Vous vouliez me voir?"

"- Oui. Dans mon bureau s'il te plais."

"- Bien sur! Là où je voulait justement aller!"

sarcasme.

Tom eut un sourire en coin quand il vit son amant suivre le Professeur Dumbledore. Le respect que Salir aurait pu avoir pour le vieux était passé depuis longtemps.

Sa curiosité le piqua au vif et Tom suivit son Professeur le moins aimé et son camarade le plus aimé.

'que veux Dumbledore à Salir?"

une oreille contre la porte du bureau du Professeur permit à Tom de tout entendre.

"- Alors, Professeur, que me vouliez vous,"

"- J'ai trouvé un moyen de te renvoyé chez toi, mon garçon!"

'Quoi!'

il eut un long silence avant que Salir ne réponde, la voix hésitante.

"- Je ... vois..."

"- Donc je vais te renvoyer maintenant!"

"- Maintenant?" couina Salir.

Si Tom n'aurait pas été choqué, il aurait été amusé du couinement de Salir.

"- Bien sur! On n'est bien que chez soi!"

"- ...Bien..."

un bruissement de vêtements.

"- Donnez cela à Riddle. C'est son cadeau de Noël ... et ... dites lui que je suis désolé."

"- Bien sur."

"- Ne faites ...!"

un boum.

"- Oups..."

"- Votre mère ne vous a jamais appris ne jamais ouvrir les affaires des autres?"

"- Peut être ..."

Salir grogna.

"- Où as tu appris à ensorceler les cadeaux pour qu'ils ne permettent qu'à ceux qu'ils appartiennent d'être ouvert?"

"- Secret."

Tom ne put qu'entendre le sourire en coin.

"- Très bien ..." un mouvement de chaise. " Bonne chance."

"- Prêt."

Tom se figea en entendant la note de peur maillée à la souffrance dans la voix de Salir.

'Où va-t-il! Qu'est ce qu'il y craint! Pourquoi ne veut-il pas y aller! Cobre!'

désespérément, Tom leva sa baguette et jeta des sorts d'ouverture sur la porte. Quand aucun d'eux ne fonctionna, Tom sentit une envie irrésistible de crier monter en lui.

puis la porte s'ouvrit.

"- Ah, M Riddle. Je pense que cela est pour vous."

Dumbledore, dont la peau brillait d'un vert éclatant, lui donna la boite avant de retourner dans son bureau refermant la porte au nez de Tom.

Tom fixa la porte stupidement un instant avant de reporter son attention sur la boite dans ses mains.

Elle était enveloppée dans un papier argenté avec des serpents dessus. Le message sur la carte était écrit avec l'écriture parfaite de Salir.

'je sais que tu trouveras le moyen d'utiliser ceci, comme sur ton pire ennemi. Mais penses toujours deux fois avant de donner le coup, Pourrait cela être ton ami d'autre fois?'

 

à suivre ...