Titre: Salir


Auteur:
Batsutousai

Traductrice: satine01black

Disclamer: rien à part la traduction ne m'appartient.


Pairing: Harry/Tom(Voldemort)

Rating: R

Résumé: Harry est envoyé dans le passé par Voldemort avec un sort. Etant sensé le tuer, le sort lui sauves la vie et change le cour de son destin.

 

Entre ## ce sont des paroles gestuelles.


ATTENTION!!!:
cette fic est un slash.

Chapitre cinq - Burdened Home

De l'herbe. Ses doits agrippèrent fermement la réalité. Il s'en était sorti d'un autre voyage. Un voyage à travers le temps qu'il ne voulait désespérément pas avoir fait. Cela lui faisait mal, plus mal que les autres choses qu'il avait déjà connu.

"- Qu'a-t-on là?"

Salir Cobre, aussi connu sous le nom de Harry James Potter, le Garçon-qui-a-survecu, releva brusquement la tête pour se retrouver face à nul autre que Lucius Malfoy. Hogwarts se dressait fièrement derrière le blond. Les ombres dansantes étaient les seules preuves de la bataille de laquelle Harry avait été rejeté.

"- Perdu, garçon?" fit Lucius avec un sourire méprisant.

Cela prit quelques secondes à Salir pour comprendre qu'avec des cheveux longs et le sort de Ne-Me-Remarque-Pas sur sa cicatrise, Lucius n'avait aucune idée de qui il était.

Lucius grogna, impatient, et pointa sa baguette sur Salir.

"- Debout. Allons. Je n'ai pas le temps pour des bêtises. Je vais t'emmener chez mon Maître."

Salir se leva lentement et se laissa entraîner par Lucius dans le château. Il réalisa qu'il n'était que très peu surpris de voir que Hogwarts était tombé, mais, étrangement, ne s'en souciait guère.

'Suis je tellement changé que je ne me soucie plus du sort de ce lieu que j'ai jadis appelé maison?' se demanda-t-il tristement tandis que Lucius s'arrêtait devant une porte en bois sobre. Le Mangemort toqua nettement, la baguette toujours pointée sur son prisonnier.

"- Quoi!" cria la voix de Voldemort à travers le bois.

D'après Salir, l'homme paraissait très stressé et énervé. L'expérience disait à l'adolescent que ce n'était pas le moment pour dérager le mage noir.

Lucius ne semblait pas le savoir. Ou peut être ne s'en souciait-il pas.

"- Seigneur, un garçon apparut sur la pelouse. Je pensais que vous voudriez le contrôler."

La porte s'ouvrit avec un cliquetis.

"- rentrez alors," fit Voldemort d'un ton que Salir reconnut comme de la rage retenue, et il dut réprimer le sourire.

Lucius força Salir aller devant lui et l'adolescent obéit, tête baissée.

"- Voici le garçon, mon seigneur."

Il eut un bris de glace tandis que Voldemort se levait brusquement. Ses yeux écarlates étaient grand ouvert par le choc.

"- Merlin tout puissant ... c'est ne peut pas être ..."

Salir leva les yeux vers ceux du monstre duquel il était tombé amoureux dans sa vie précédente, les yeux verts brillants avec amusement.

"- Oh non, j'espère le contraire. Après tout, si je n'étais pas moi, tu ne devais pas être toi, et nous ne pourrions pas avoir fait cela."

A la grande stupéfaction de Lucius et à la joie de Salir, lord Voldemort, le dirigeant du monde magique, rit au manque de correction du garçon.

"- Mon seigneur?" demanda doucement Lucius comme s'il parlait à un homme fou, ce qui devait vraiment être le cas.

Voldemort se calma rapidement.

"- Lucius, tu peux aller."

"- Bien sur mon seigneur."

Lucius partit après s'être incliné, fulminant à l'intérieur.

Aussitôt après que la porte se fut refermé et verrouillée automatiquement, Voldemort jeta un sort de silence et se tourna vers Salir, qui souriait légèrement.

"- Tu m'as manqué."

Le sourire de Salir se fana quand il parla.

"- je suis désolé," fit-il les yeux fixant le sol. "je ne pouvais pas te dire. Cela pouvait créer un paradoxe."

Tandis que Salir parlait, Voldemort s'approcha de Salir et leva son menton avec un de ses doit pales, ses rubis brillant d'amour.

"- Chut. Cela m'est égal."

Salir secoua la tête et fit un pas en arrière, refusant le toucher attentionné.

"- Riddle, qui penses tu je suis?" demanda l'adolescent les yeux irradiant de tristesse.

"- Quoi?"

la surprise semblait déplacée sur le visage pale de Voldemort comme cinquante cinq ans auparavant.

"- Qui penses tu que je suis? En ce temps? Dans cette époque?"

"- Cela m'est égal."

"- Cela ne devrait pas l'être."

"- Et bien, cela l'est."

"- Arrêtes!"

Salir repoussa la main qui se dirigeait vers lui avant de retourner sa baguette contre lui même.

"- Revelo!"

Voldemort se figea tandis que la cicatrice en forme d'éclair reprit sa place au milieux du front de Salir.

"- J'aurais du le savoir..." fit-il d'une voix basse et dangereuse.

"- une minute tu veux me voir dans ton lit, et l'autre tu veux de nouveau ma mort. Choisis enfin ce que tu veux faire, cher serpent," siffla Salir froidement.

"- Ne ..." commença Voldemort, mais du se reprendre avant de continuer. "Ne m'appelles pas ainsi, Potter."

"- Ne m'appelles pas ainsi, Potter," singea Salir, cachant son air blessé derrière de la rage. "Devines quoi, cher serpent, j'ai passé deux mois à t'appeler ainsi cinquante cinq ans plus tôt et tu ne m'as jamais repris."

"- C'était différent."

"- Comment!" fit Salir dont les yeux se rétrécirent dangereusement. "Comment cela fait il qu'avant je pouvais t'appeler 'cher serpent' et plus maintenant? Peux tu me le dire?"

"- C'est comme ça."

"- Mais penses toujours deux fois avant de donner le coup, Pourrait cela être ton ami d'autre fois?" récita Salir froidement avant de faire demi tour et partir hors de la pièce.

Voldemort s'appuya sur son bureau quand la porte fut refermée avec un claquement.

'Tom, t'es un idiot. Chaque putain de signe ... A qui d'autre pouvais tu avoir dit tes plus grands secrets? Qui d'autre avait ces yeux verts et cette marque? Quel connard stupide tu fais'

 

 

 

 

 

Salir tournait dans le couloir en colère.

'Comment ose-t-il! Salaud!'

"- Qui êtes vous?"

Salir leva la tête et ses yeux verts rencontrèrent des argentés.

"- Malfoy. Magnifique."

"- Potter! Tu es mort!"

"- 'Peur que non. Alors, dis moi, Malfoy, que sont devenus les autres élèves?"

Draco Malfoy fit une pause juste pour voir s'il n'y avait personne dans le couloir avant que ses yeux ne rencontrèrent de nouveau ceux de Salir, cette fois ci très sérieux.

"- Les cachots, mais il y a des gardes."

"- Snape?"

"- Libre."

Salir eut un soupir de soulagement.

"- Bien. Peux-tu m'y conduire?"

"- Ils vont te reconnaître," fit remarquer Draco.

Salir leva sa baguette vers son front et la cicatrice disparut.

"- Appelles moi Cobre. La seule personne qui m'a déjà vu était ton père, et tout ce qu'il sait, c'est que suis un ami à Voldemort."

"- Je ne sais pas comment tu as réussit cela, et, personnellement, je m'en fout," gémit Draco, levant ses yeux au ciel à la façon très peu Malfoyni-enne. "Allons y, alors. Avec un peu de chances Sev est de garde aujourd'hui."

Salir prit place à côté de Malfoy tandis qu'ils marchaient et il fit aisément des gestes bien précis de mains.

# L'Ordre? #

# Capturés et presque tous tués, # répondirent doucement les mains de Draco.

# Dumbledore? #

# mort. #

"- magnifique," siffla Salir sarcastiquement.

Draco grogna, de même avis, tandis qu'ils descendaient les escaliers vers les cachots.

"- le garde devrait être au bas de l'escalier," chuchota-t-il, puisqu'il était trop sombre autour deux pour utiliser le langage des signes.

Salir acquiesça doucement, sans vraiment faire attention si le blond l'a vu ou non.

"- Qui va là?"

"- Sev," soupira Draco avec soulagement à la vue de l'homme au cheveux noirs avec un nez crochu et yeux froids.

Severus Snape leva un sourcil à la vue de son filleul et l'autre garçon avec lui.

"- qui est ce?"

Salir eut un sourire en coin.

"- Salir Cobre," fit-il alors que ses mains firent un # Harry Potter #.

Les yeux de Snape s'élargirent avant que son masque sans émotion ne reprenne le dessus. Quand il parla, sa voix avait un ton ennuyé.

"- pourquoi êtes vous tous les deux là?"

"- Cobre veux voir les prisonniers," expliqua Draco calmement.

"- et que M Cobre pense faire?" s'intéressa Snape et Salir sut que la vrai question était 'Pensait-il libérer les gens?'

"- Simplement regarder," fit Salir avec un haussement d'épaules. "Rien d'autre."

Snape acquiesça.

"- Draco, surveille le."

"- Bien sur. Cobre, par là."

Salir passa devant Draco cette fois ci laissant le blond le suivre à travers la noirceur des couloirs labyrinthe jusqu'aux emplacements crées pour emprisonner les étudiants et le personnel de Hogwarts qui étaient contre le Seigneur des Ténèbres. Salir pouvait sentir la douleur et la haine à l'arrivée de la première cage et il dut poser la question qui menaçait le détruire.

"- pourquoi les garde-t-il en vie?"

"- Je suppose pour faire quelques alliés," fit Draco avec un haussement d'épaules.

le non dit était 'Ou en faire un exemple' et les deux le savaient.

Salir se ne dit rien tandis qu'il observait la première cage et sentit son estomac se rebeller à la vue. Une vingtaine de personnes étaient enfermés dans une cage qui n'en pouvait contenir que quinze au grand maximum. Leurs vêtements étaient chiffonnés et leur collaient à la peau. Chaque personne n'était pas plus grande qu'un squelette, rien que de la peau sur les os. Ils étaient propres, sûrement Voldemort s'assurait qu'ils prenaient une douche régulièrement, et il devait les nourrir puisque tous étaient en vie. Les mains de Salir se refermèrent en poing serrés, les ongles percèrent la peau, et il passa un masque froid sur son visage. Certains de ses gens ne voulaient pas de la pitié, il le savait.

"- Malfoy, salaud! Venu rire de nous!"

Salir tourna la tête et fixa la cage où son ami gryffondor était enfermé. Ron était à côté des barreaux, très en colère, tandis que les autres se serraient ensemble dans un coin, regardant leurs visiteurs avec des visages tristes.

"- Oh, la fermes, la belette," grogna Draco.

Il y avait un léger élancement dans la voix de serpentard qui voulait dire qu'il ne comptait jamais rire d'aucune personne dans ces cages. Il ne trouvait aucun plaisir dans leur situation, pour une fois.

"- T'as emmené un ami aussi?" grogna Ron.

"- Ron, assez," supplia la voix fatiguée d'Hermione.

"- Non!" cria Ron à la brune avant de se retourner vers les visiteurs. "Allez vous en! Dites au salopard de juste nous tuer!" cria Ron sur Draco et Salir.

Des cris d'acquiescement se firent entendre des cages voisines.

"- J'en ai vu assez," siffla Salir à Drago, combattant les larmes.

"- Tuer?" fit Voldemort qui apparut de l'ombre. "non, non M Weasley."

Draco se retourna et salua rapidement le Seigneur des Ténèbres. Les élèves et professeurs se tassèrent vers les murs de leurs cages. Même Ron avait perdu sa bravoure à la vue de l'homme qui tenait son destin entre ses doits en pattes de mouche.

Salir tourna des émeraudes rageuses vers son amant d'avant.

"- Laisse les partir, Riddle," ordonna-t-il froidement.

"- Tu veux les rejoindre, Cobre?" fit Voldemort, moqueur.

"- Bien sur. Fais moi souffrir dans ta version de l'orphelinat."

Voldemort tressaillit, puis leva sa baguette sur l'adolescent aux cheveux noirs.

"- Tu vas le regretter."

"- Tu vas me tuer, Riddle? Penses tu que ça va finalement marcher?" fit Salir avec un sourire méprisant. "Qu'est ce que tu m'as une fois dit? Ah, oui. 'L'amour gâche toujours tout'. Quelle bonne blague, Tom Riddle!"

puis Salir se retourna et rentra dans la cage qui fut ouverte pour lui. Voldemort tressaillit de nouveau quand la porte métallique se referma derrière le jeune homme.

Les émeraudes rencontrèrent des rubis.

"- Fermes alors ton cur," chuchota-t-il au Seigneur des Ténèbres avant de se détourner de lui et aller s'asseoir pas loin des gryffondors.

Voldemort partit, furieux, les ténèbres se refermant sur lui.

"- Cobre?" demanda doucement Draco avant de partir.

"- Va-t'en Malfoy. Je suis à ma place ici," répondit Salir aussi doucement.

# dit à Snape la même chose #, firent ses mains.

"- Très bien," fit Draco et partit avec un léger coup d'il en arrière dans les yeux verts.

Salir pouvait dire qu'il voulait le rejoindre dans la cage. C'était là aussi qu'il méritait être.

"- Et qui au nom de Merlin es tu?"

Salir leva les yeux vers Ron.

'Tu ne changera jamais, Ron,' pensa-t-il pour soi même avant de ne plus faire attention au roux et fermer les yeux pour essayer de s'en dormir.

 

 

à suivre...